BFM Business

Reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle : la CFDT s’impatiente

-

- - Stéphane de Sakutin - AFP

Le dirigeant du syndicat, Laurent Berger, a jugé ce lundi “insupportable” de ne toujours pas être sûr que le Covid-19 sera reconnu comme une maladie professionnelle pour tous, et pas seulement pour les soignants.

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a jugé lundi "insupportable" de n'être toujours pas fixé de manière claire sur la reconnaissance comme maladie professionnelle du coronavirus, qui concerne en premier lieu les soignants. 

La CFDT souhaite la reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle pour tous les métiers, de même que d'autres organisations syndicales, et pas uniquement pour les soignants comme l'avait annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran. 

"On a posé la question au président de la République, on nous a dit que le décret allait sortir rapidement", a indiqué Laurent Berger, interrogé sur le sujet lors d'une visioconférence. 

Rien de "clair et lisible à dire aux travailleurs"

"Il y a une reconnaissance de maladie professionnelle pour les soignants, pour les autres il y aura -nous a-t-on dit- un examen de la situation par les commissions régionales maladies professionnelles avec une indemnisation lorsqu'il y aura des séquelles ou une perte de revenus liée à un arrêt maladie, ou malheureusement pour les ayants droits en cas de décès", a-t-il dit.

"C'est insupportable que cela ne soit pas encore paru, qu'on n'ait pas encore quelque chose de clair et lisible à dire aux travailleurs, hors soignants, qui ont été exposés", a-t-il ajouté. 

Une liste des maladies professionnelles reconnues est établie dans des tableaux annexés au code de la sécurité sociale et au code rural. Si le salarié entre dans les critères (avec des durées d'exposition au risque), il n'a pas besoin de prouver le lien entre sa pathologie et son travail. Si tous les critères ne sont pas remplis, il faut apporter la preuve du lien entre son travail et la maladie et c'est donc bien plus compliqué.

Un parcours du combattant

Par ailleurs, en dehors de ces tableaux, tout salarié estimant avoir contracté une maladie du fait de son travail peut faire un dossier auprès d'un comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles. Le processus est alors très long, "un parcours du combattant" selon plusieurs sources syndicales. 

Un autre décret est toujours attendu, sur le relèvement du plafond des tickets restaurant à 95 euros une fois par semaine, contre 19 euros par jour actuellement, mesure annoncée fin avril pendant le confinement, et qui devait être prise par décret "conjoint" avec le ministère de l'Economie, avait indiqué à l'époque le ministère du Travail. "Pourquoi ça bloque? On ne sait pas", a dit lundi Laurent Berger.

N.G. avec AFP