BFM Business

Près d'un salarié sur deux qui transmet le virus en entreprise se sait malade

46% des salariés sources d'infection étaient symptomatiques.

46% des salariés sources d'infection étaient symptomatiques. - pexels

Dans son dernier avis, le conseil scientifique pointe la responsabilité des salariés dans les contaminations en entreprises. 46% des personnes qui ont transmis le virus sur leur lieu de travail se savaient malades.

Des failles importantes dans le monde professionnel. C'est ce que pointe le conseil scientifique dans son avis du 11 mars.

La situation en entreprise et dans le monde professionnel hors établissements de santé apparait comme la plus insatisfaisante sur un plan sanitaire : presque un professionnel sur deux est symptomatique lorsqu’il contamine un collègue sur son lieu de travail, pointe ainsi le conseil scientifique.

Reprenant les conclusions de l'étude ComCor de l'institut Pasteur sur les lieux de contamination, le conseil scientifique rappelle l'importance des lieux de travail dans les contaminations.

"Quand la personne source de l’infection est connue (45% des 77 208 épisodes de transmission hors personnels soignants étudiés dans ComCor), il s’agissait dans 15% des cas d’une source professionnelle", indique le conseil dans son avis.

Les personnes passant une partie importante de leur vie sur le lieu de travail, il est logique qu'il soit un important lieu de contamination. Le travail en bureaux partagés et les repas en commun étant les circonstances les plus fréquemment rapportées à l’origine des transmissions en milieu professionnel.

"Alors qu’il est désormais démontré que le télétravail protège effectivement, les cadres, commerciaux d'entreprise ingénieurs, et chefs d’entreprise (surtout de moins de 10 salariés) sont, avec les chauffeurs et les assistantes sociales, les catégories professionnelles les plus à risque de contamination, détaille le conseil scientifique. A l’inverse, les professions intermédiaires et les employés de la fonction publique et de l’entreprise ont un risque diminué d’infection."

46% des personnes sources se savaient malades

Des contaminations qui auraient cependant pu être en grande partie évitées. Une très grande partie des salariés à l'origine d'infection se savaient malades au moment de la contamination.

"De façon inquiétante, 46% des personnes sources de l’infection en milieu professionnel étaient symptomatiques au moment du contact infectant et s’étaient donc rendues sur leur lieu de travail se sachant symptomatiques", pointe le conseil scientifique reprenant les données de l'étude ComCor.

Le conseil scientifique appelle une nouvelle fois à durcir les protocoles sanitaires au sein de l'entreprise.

"Si les employeurs semblent connaître des difficultés pratiques à faire respecter les protocoles sanitaires sur les lieux de travail, et ce malgré la responsabilité qui leur incombe en termes de santé, d’hygiène et de sécurité, la situation requiert néanmoins, compte tenu de son impact sur la crise, une tentative de durcissement de ces protocoles sanitaires, et des moyens dédiés à leur respect et à leur contrôle effectif, en particulier lors des repas", promeut le conseil.

Un an après le premier confinement, des études pointent l'usure de salariés et des managers et les difficultés parfois à faire respecter les gestes barrière et le télétravail.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco