BFM Business

Pourquoi le contrat de 18 Rafale avec la Grèce a été si rapide

Les livraisons des 18 Rafale débuteront dès l’été 2021 et s’échelonneront sur deux ans

Les livraisons des 18 Rafale débuteront dès l’été 2021 et s’échelonneront sur deux ans - Dassault Aviation

Hier, la Grèce a signé une commande de 2,5 milliards d'euros pour 18 Rafale après seulement 4 mois de discussions. Les tensions avec la Turquie ont grandement accélérer le processus d'achat.

Des achats très rapides à l'échelle du secteur de la Défense. Le contrat de 2,5 milliards d'euros signée le 25 janvier pour la vente à la Grèce de 18 Rafale fournis pas Dassault Aviation avec un armement de MBDA composé de missiles longue portée a été signé en seulement quatre mois. Habituellement, un tel accord nécessite des années.

Sur Radio Classique ce mardi, Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, a expliqué la raison de cet empressement de la Grèce à s'armer.

Les Grecs voulaient acquérir le Rafale le plus rapidement possible. Quand le besoin est là...". Le dirigeant rappelle que ce n'est pas une première. Pour ses 24 Rafale, "l'Egypte a aussi été très vite", rappelle Eric Trappier.

La livraison des avions ne tardera pas non plus. La Grèce recevra les premiers appareils dès l'été prochain et les derniers en 2023. Pour cela, Dassault Aviation a racheté à l'armée française 12 appareils. Pour les remplacer, la France signera un contrat pour 12 autres Rafale, a indiqué le patron de Dassault Aviation. "C'est une bonne nouvelle pour l'industrie".

Ce "besoin" repose évidemment sur les tensions avec la Turquie qui revendique des richesses sous-marines en hydrocarbures dans les eaux chypriotes et grecques. Pour cela, Istanbul organise le survol de ces eaux par des avions de chasse et positionne des navires de guerre. Avec ces 18 Rafale, "la Grèce va retrouver la supériorité aérienne sur les F-16 turcs", assure au Parisien un officier français.

"Défendre l'Europe avec des avions européens"

Les relation entre Dassault Aviation et la Grèce ont aussi permis d'aller vite. "On se connait très bien", indique Eric Trappier en rappelant que la Grèce a acheté des Mirage F1 en 1974, des Mirage 2000 en 1985 et enfin le Mirage 2000-5 en 2000.

Ce nouveau contrat marque surtout le retour de Dassault, non seulement en Europe, mais aussi dans les pays de L'Otan. La Grèce est le premier pays européen, qui plus est le premier membre de l'Otan, hors France, à s'équiper d'avions français.

Beaucoup de pays d'europe achètent des avions américains. Il n'est pas obligatoire d'acheter des avions américains pour défendre l'Europe. On peut défendre l'Europe avec des avions européens", estime Eric Trappier.

En effet, la Belgique, les Pays-Bas ou encore l'Italie ont récemment préféré conclure avec les Etats-Unis. Mais le Rafale fait un retour en force. Dassault a déjà signé des commandes avec l'Egypte (24 appareils), l'Inde (36) et le Quatar (36). Le groupe aéronautique est en négociation avec la Finlande (64), la Croatie (12), la Suisse (40) et l'Indonésie (36).

Enfin, les Emirats arabes unis seraient également en discussion avec la France pour s'équiper de Rafale. Ce contrat avec Abou Dhabi, en discussion depuis 2008, pourrait être signé d'ici 2022.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco