BFM Business

Pour la troisième fois, Hollande annonce que "la reprise est là"

Comme il l'a déjà fait en 2013 et 2014, le président de la République a affirmé ce vendredi 6 mars que "la reprise est là". Et d'ajouter qu'elle est encore fragile et qu'il fallait donc la "stimuler" et "l'amplifier".

Est-ce enfin vrai? Ce vendredi 6 mars, le président de la République François Hollande a affirmé, lors d'une visite d'Etat au Luxembourg, que "la reprise est là" mais qu'elle est "encore fragile". "Il y a des nouvelles plutôt bonnes, mais pas encore confirmées", a déclaré François Hollande devant la presse.

"Il faudra du temps pour que nous en soyons sûrs", a-t-il ajouté, affirmant qu'il fallait "stimuler" et "amplifier" la "reprise qui est maintenant là".

Le président de la République en veut pour preuve les prévisions de croissance de la Commission européenne qui table sur une croissance de 1% pour 2015 pour la France.

Autre prévision reprise par François Hollande: celle de la BCE, qui a relevé à la hausse jeudi ses estimations de croissance pour 2015 et 2016.

Trois fois en moins de deux ans

Il cite également des indicateurs avancés, tels que le redressement de la consommation des ménages et des investissements "qui deviennent plus encourageant".

Ce n'est pas la première fois que François Hollande voit poindre la reprise, loin s'en faut. "La reprise, elle est là, mais elle est trop fragile, trop hésitante, trop vulnérable", affirmait déjà le chef de l'Etat le 14 juillet 2014. Cette déclaration faisait elle-même écho à un constat similaire dressé le 14 juillet 2013.

François Hollande assurait alors que "la reprise économique, elle est là!". "La France est même le pays où elle repart le plus rapidement", poursuivait-il. On connaît la suite: que ce soit en 2013 et 2014, la croissance française n'a pas décollé (+0,3% pour 2013 et +0,4% pour 2014). Et sur 2014 l'Hexagone a fini à la traîne par rapport à l'ensemble de la zone euro (+0,8%).

"Des signaux" mais....

Même pour 2015, la Commission européenne est plus optimiste pour l'ensemble de la zone euro (+1,3%) que pour l'Hexagone (+1%).

Toujours pour 2015, à l'image de François Hollande, les économistes voient quelques signaux, mais ne crient pas victoire pour autant. "On assiste à une amorce de reprise. Il faut davantage le voir comme un encouragement", expliquait Frederik Ducrozet, économiste zone euro à BFMbusiness.com, le 26 février dernier.

De son côté Hélène Baudchon, économiste France chez BNP Paribas écrivait, le 27 février dernier que "les signes de reprise restent ténus". "Sur le front conjoncturel, la reprise apparaît encore bien incertaine au regard du résultat des enquêtes INSEE sur le climat des affaires en février", détaillait-elle. Elle voyait néanmoins "quelques éléments encourageant à mettre en avant" au niveau de la production industrielle ou encore la confiance des ménages.

Julien Marion avec AFP