BFM Business

Plan climat européen: les menaces du choc social

Alors que la Commission Européenne a dévoilé son très ambition plan pour le climat qui comprend notamment de nombreuses "taxes carbones", les menaces d'une crise de type "gilets jaunes" plane devant l'ampleur des transformations attendue.

C'est le big bang européen pour le climat. La Commission européenne a dévoilé son plan "Fit for 55", son très ambitieux paquet climat de 12 textes.

Fit for 55, c’est pour 55% de réduction des émissions de CO2 d'ici à 2030 par rapport à l’année de référence qui est 1990 avant une neutralité totale en 2050. Le précédent objectif était déjà très ambitieux (-40%). Ce sont 15 points de plus qu’il va falloir aller chercher soit quelque 600 millions de tonnes de CO2 qu’il va falloir réduire d’ici à 9 ans.

Depuis 1990, l'UE a déjà réduit de 24% ses émissions de CO2. Il va falloir deux fois plus en seulement neuf ans que ce qui a été fait en 30.

D'où ces mesures chocs. Automobile, transports aérien et maritime, agriculture, logement, chauffage domestique, production électrique… Tous les secteurs vont devoir basculer dans ce sprint climatique. Parmi les mesures phares il y a la fin de la vente des voitures à moteur thermiques d’ici à 2035, la taxation du kérosène et la fin des allocations gratuites de quotas d’émission pour les avions ou encore la mise en place de quotas de CO2 pour le carburant des transports et le fioul du chauffage.

Une multiplication des taxes carbones en d'autres termes sur un grand nombre de secteurs. Le but étant de rendre plus chères les énergies fossiles pour basculer sur les non-émettrices. Le problème c’est qu’elles représentent plus de 75% des énergies consommées en Europe.

Une transition énergétique de très grande ampleur qui risquent d'avoir d'importantes conséquences économiques et social.

Le passage à la voiture électrique menacerait 100.000 emplois dans l'industrie automobile française et 50.000 dans les services selon la Plateforme automobile qui regroupe 4000 entreprises du secteur.

Dans l'aérien, les compagnies craignent elles d’être plus taxés que leurs rivales et d’être moins compétitives.

Une aide de 72 milliards d'euros

Dans tous les cas, les taxes seront in fine répercutées sur les prix. Les particuliers aussi risquent d’être touchés. Les taxes sur les carburants pourraient entraîner une hausse de 5 centimes en 2026 selon l’ONG Transport et Environnement. Pour rappel la taxe carbone qui avait mis le feu aux poudres en 2018 représentait un surcoût de 4 centimes sur l’essence et 7 sur le diesel.

Le chauffage au fioul devrait lui aussi grimper en flèche dans les années qui viennent. Sachant qu’aujourd’hui 6,2% des Français ont du mal à se chauffer selon le think tank européen Jacques Delors.

Pour répondre aux coûts sociaux de telles mesures, la Commission a prévu un fonds d’aide doté de 72 milliards d’euros mais que les Etats pourront abonder avec une partie des taxes perçues. Rénovation de bâtiments, aides à l'achat de véhicule électrique, changement de système de chauffage... Une somme qui représente 160 euros par Européen. Largement insuffisant pour le moment.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco