Les cheminots avaient été appelés à 37 journées de grève d'avril à juin contre la réforme ferroviaire du gouvernement.
 

Selon Philippe Martinez, plusieurs dizaines de syndicalistes sont menacés de sanctions pour avoir fait grève au printemps.

Votre opinion

Postez un commentaire