BFM Business

Pays préférés des expatriés: fantastique remontée de la France

Paris fait un bond dans le classement

Paris fait un bond dans le classement - Moyan Brenn - Wikimedia Commons - CC

L'Hexagone fait un bond de huit places dans le classement des pays les plus attractifs établi par la banque HSBC et publié ce mercredi 21 septembre. Malgré les attentats, les expatriés continuent de louer l'Hexagone pour ses conditions de vie et de travail.

Avec les tragiques événements qui ont secoué la France en 2015, on pourrait penser que l'Hexagone a perdu de l'attrait auprès des travailleurs étrangers. Il n'en est rien. En effet, selon le classement annuel établi par la banque HSBC (*) l'Hexagone pointe, certes, à une modeste 21e place (sur 45 pays), mais fait un bond remarquable de huit rangs. Seule la République Tchèque, étonnante 4e du palmarès, a connu une meilleure progression (14 places).

Cette fantastique remontée, la France la doit avant tout à son cadre de vie qui est de plus en plus apprécié par les expatriés. Le classement d'HSBC repose en effet sur trois critères économiques majeurs, à savoir "la vie professionnelle et les finances", "la qualité de vie et l'immersion culturelle" et "la vie de famille et l'éducation des enfants". Sur les deux derniers points, la France a amélioré son score global calculé par HSBC et pointe respectivement aux 9e et 13e rang (elle était 14e et 13e l'an passé sur ces deux critères).

Vie personnelle et environnement

Ainsi, selon HSBC, 47% des expatriés déclarent s'être, à l'origine, installés en France pour améliorer leur qualité de vie et "près de 70% ont perçu une amélioration". 52% estiment que leur santé s'est améliorée et 58% considèrent que l'environnement y est plus sain. "L’équilibre vie privée / vie professionnelle et la sécurité de l’emploi sont reconnus comme étant des atouts majeurs de la part des expatriés en France", ajoute HSBC. Les trois-quarts des expatriés (72%) estiment que cet équilibre est meilleur que dans leur pays d'origine. En outre 52% jugent que la sécurité de l'emploi y est plus forte.

L'Hexagone est aussi perçue comme un pays favorable à l'éducation des enfants puisque 3 parents sur cinq estiment que la qualité de vie de leur progéniture s'est améliorée par rapport à leur pays de résidence et 58% estiment que leur santé est meilleure. De plus, 59% des expatriés jugent que le coût de l'éducation est moins élevé. Dernière preuve que les expatriés aiment notre pays, ils investissent dans la pierre: deux-tiers d'entre eux ont ainsi acheté un bien immobilier contre 32% pour la moyenne globale de l'ensemble des 45 pays de l'étude.

L'étude souligne aussi le rayonnement de notre capitale, Paris, dont les expatriés plébiscitent (77%) la facilité d'intégration à la culture locale. 92% des expatriés sondés par HSBC et vivant en France se seraient d'ailleurs mis à apprendre le Français, une fois arrivés sur place.

Des points faibles

Évidemment ces nombreux atouts ne doivent pas occulter les faiblesses chroniques de notre pays. Car sur le volet "Économie", la France se situe en queue de classement (37e sur 45). Et même si le gouvernement a décrété depuis deux ans "une pause fiscale", clairement l'Hexagone est très mal perçu par les expatriés sur ce sujet. En effet, la France est avant-dernière sur le sous-critère "finances personnelles". Peut-être que l'annonce en juillet par Manuel Valls d'un renforcement du statut d'impatrié, qui accorde des avantages fiscaux, pourrait changer la donne l'an prochain. La France se classe aussi très mal sur le critère "économie locale" (36e). En revanche, les expatriés y sont plutôt contents des conditions de travail (15e).

Autrement, comme dit auparavant, la surprise du chef reste la République Tchèque qui se hisse à la quatrième place alors qu'elle était 18e l'an passé. Globalement, les pays d'Europe centrale obtiennent d'assez bons scores sur les plans économiques et de qualité de vie (respectivement 12e et 8e). Surtout, la République Tchèque est considérée comme l'un des pays où il est le plus facile d'élever des enfants à l'étranger, la patrie de Franz Kafka n'étant devancée que par la Suède sur ce critère. 64% des expatriés considèrent ainsi que la qualité de l'enseignement pour leurs enfants y est meilleure que dans leur pays d'origine.

Pour ce qui est du reste du classement, Singapour continue de dominer les débats pour la deuxième année consécutive, devant la Nouvelle-Zélande et le Canada. La Suisse grimpe de la 10e à la 5e place, étant toujours considérée comme le pays le plus intéressant en termes d'opportunités économiques. La Norvège, l'Autriche, la Suède, le Bahreïn et l'Allemagne complètent le top 10.

(*) Étude réalisée auprès de 27.000 expatriés dans 190 pays avec au moins 100 répondants par pays et incluant au moins 30 avec des enfants. Le sondage a été réalisé par YouGov entre mars et avril 2016.

Le classement

1 – Singapour

2 - Nouvelle Zélande

3 – Canada

4- République Tchèque

5 – Suisse

6 – Norvège

7 – Autriche

8 – Suède

9 – Bahreïn

10 – Allemagne

11 – Australie

12 – Émirats Arabes Unis

13 – Hong Kong

14 – Taïwan

15 – Pays-Bas

16 – Espagne

17 – Russie

18 – Oman

19 – Vietnam

20 – Japon

21 – France

22 – Royaume-Uni

23 – Belgique

24 – Thaïlande

25 – Pologne

26 – Inde

27 – Irlande

28 – Malaisie

29 – Qatar

30 – États-Unis

31 – Arabie Saoudite

32 – Mexique

33 – Afrique du Sud

34 – Chine

35 – Koweït

36 – Corée du Sud

37 – Philippines

38 – Indonésie

39 – Turquie

40 – Kenya

41 – Chili

42 – Pérou

43 – Italie

44 – Égypte

45 - Brésil

J.M.