BFM Patrimoine

Paris: teint bon au-dessus des 4400 malgré stats US et Euro.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le CAC40 rate pour 2 petits points l'inscription de sa meilleure clôture de l'année avec un gain de +0,6% à 4.417Pts (contre 4.419Pts le 24 février). Paris s'est néanmoins hissé jusque vers un nouveau record annuel de 4.42

(CercleFinance.com) - Le CAC40 rate pour 2 petits points l'inscription de sa meilleure clôture de l'année avec un gain de +0,6% à 4.417Pts (contre 4.419Pts le 24 février).

Paris s'est néanmoins hissé jusque vers un nouveau record annuel de 4.429Pts mais un peu 'en solo' car le DAX30 a fini inchangé: sans les valeurs télécom en ébullition, le CAC40 ne se serait guère éloigné des 4.400Pts (et la flambée de l'Euro au-delà des 1,3850$ pourrait devenir problématique).

Rien ne vient perturber la tendance irréversiblement haussière des indices boursiers US, avec une cascade de nouveaux records absolus à Wall Street dès l'ouverture.
L'euphorie se calme un peu après 4 heures de cotations (le Nasdaq repasse légèrement dans le rouge): la publication d'une baisse de -0,7% des commandes à l'industrie n'y est pour rien car les indices réduisent leur avance sur la crainte de complications dans le dossier de la Crimée (comme vient de l'expliquer B.Obama).

Nous avons assisté au cours de la 1ère heure à un nouveau feu d'artifice de records avec un 'S&P' à 1.182,3Pts, un Nasdaq à 4.372Pts, un Dow Jones (+0,5%) qui retrace ses sommets annuels à 16.450 et un Dow Transport qui s'envole de +0,75%.

Les places européennes (+0,3%) ne sanctionnent pas davantage l'inaction de la BCE ne modifie pas ses taux directeurs et confirme son diagnostic d'un redressement progressif du taux d'inflation vers l'objectif des 1,7% d'ici fin 2016.

Mario Draghi exclut le scénario déflationniste à la japonaise du fait de l'absence de décrue des matières premières.

Aucun avertissement comme celui de Richard Fisher concernant une 'bulle' ni de mauvais chiffres ne sauraient faire dévier les indices américains de leur trajectoire ascendante, et surtout pas la productivité du travail non agricole qui a progressé de seulement 1,8% au quatrième trimestre 2013 contre une anticipation de +2,6% après une hausse de 3,2% au trimestre précédent. Surprise également avec le coût unitaire du travail qui se contracte de 0,1% contre une attente de -0,9% (après -1,6% au troisième trimestre 2013).

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé de -23.000 à 326.000 ce qui est en revanche plutôt encourageant à la veille des statistiques mensuelles de l'emploi en février.

A noter que l'Euro flambe de +0,7% vers 1,3835/$... un nouveau zénith annuel.

Au sein du SBF-120, les opérateurs se précipitent sur tous les dossiers 'chaud' ou présentant une forte volatilité, comme Solocal (+24,65% sur une rumeur de 'reco' positive de Goldman Sachs) et orange qui annonce une baisse de 4% de son chiffre d'affaires et une réduction d'un quart de son dividende s'envole de +11%... sur la promesse de meilleurs marges en 2014 (mais il ne faut pas exclure une composante 'rachats de shorts').
Bureau Veritas bondit de près de 10%, après la publication d'une marge supérieure aux attentes en 2013, traduisant une bonne résistance dans un contexte difficile.

Bouygues s'adjuge plus de 6,5%, alors que le groupe semble désormais faire figure de grand favori pour la reprise de SFR, pour lequel Vivendi a annoncé hier avoir reçu deux offres fermes.
Le brand rival Iliad (Free) s'envole de +7%

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance