BFM Patrimoine

Le G20 se concentrera sur la reprise, mais les changes pourraient semer la discorde

BFM Patrimoine
Costas Paris et Paul Hannon, DOW JONES NEWSWIRES LONDRES (Dow Jones)--Les grands argentiers du G20 espèrent se focaliser sur les moyens de renforcer la croissance économique mondiale lors de leur réunion la semaine prochaine à Moscou, mais leurs

Costas Paris et Paul Hannon,

DOW JONES NEWSWIRES

LONDRES (Dow Jones)--Les grands argentiers du G20 espèrent se focaliser sur les moyens de renforcer la croissance économique mondiale lors de leur réunion la semaine prochaine à Moscou, mais leurs efforts pourraient être éclipsés par la discorde entourant les récentes évolutions de taux de change, considérée par certains comme une "guerre des devises".

Un responsable gouvernemental d'un membre du G20 impliqué dans les préparatifs du sommet de Moscou a indiqué que les discussions porteraient principalement sur la coordination des politiques afin de maintenir les efforts de reprise au niveau mondial sur les rails.

Malgré la faiblesse des statistiques économiques au quatrième trimestre, tous les membres du G20 s'accordent sur le fait qu'un effondrement de la zone euro a été évité, qu'un fort ralentissement en Chine est peu probable et que les Etats-Unis ont pris des mesures pour éviter un important resserrement de leur politique budgétaire, a-t-il noté.

Les responsables du G20 ne devraient pas dévoiler de nouvelles initiatives majeures lors du sommet de Moscou et espèrent éviter toute querelle ouverte susceptible d'entamer la confiance. Un thème, toutefois, pourrait semer la discorde parmi les personnes assistant à cette réunion.

Au cours des deux derniers mois et demi, le yen a perdu plus de 15% face au dollar après de multiples déclarations de hauts responsables japonais appelant à mettre tout en oeuvre pour que l'économie reparte sur une trajectoire de croissance durable. Vendredi, le dollar a atteint le niveau de 92 yens pour la première fois en deux ans et huit mois, le marché anticipant fortement de nouvelles pressions du Premier ministre, Shinzo Abe, sur la Banque du Japon pour que celle-ci adopte de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

Le repli du yen a suscité de vives critiques à l'étranger, certains reprochant à Tokyo de faire baisser artificiellement sa devise. Au mois de novembre dernier, les responsables des Finances du G20 s'étaient engagés, comme cela avait déjà été le cas auparavant, à s'abstenir de toute dévaluation compétitive des devises.

Des représentants du ministère des Finances sud-coréen ont affirmé qu'ils souhaitaient aborder l'évolution récente du yen lors de la réunion du G20 dans le cadre des discussions prévues sur les effets des mesures d'assouplissement monétaire mondiales.

Le responsable du G20 a néanmoins indiqué que si le yen faisait l'objet de discussions, il ne serait pas le principal sujet à l'ordre du jour, et que le recul de la devise n'était pas considéré comme une dévaluation compétitive. Il a ajouté que le Japon ne serait pas pointé du doigt comme manipulant sa devise.

-Costas Paris et Paul Hannon, Dow Jones Newswires

(Version française Céline Fabre)

(END) Dow Jones Newswires

February 04, 2013 12:38 ET (17:38 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-