BFM Patrimoine

Devises: Angela Merkel met en cause l'euro fort.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Une énième déception grecque (hier) doublée de 'l'effet Merkel' (ce matin) pèsent sur la valeur relative de l'euro ce matin, la devise perdant près de 0,70% contre sa contrepartie américaine, à 1,1168 dollar l'euro. L'eu

(CercleFinance.com) - Une énième déception grecque (hier) doublée de 'l'effet Merkel' (ce matin) pèsent sur la valeur relative de l'euro ce matin, la devise perdant près de 0,70% contre sa contrepartie américaine, à 1,1168 dollar l'euro. L'euro perd 0,55% contre le yen (à 138,12), le sterling (- 0,55% à 0,7208) et le franc suisse (à 1,04542).

Hier soir, le FMI a quitté la table des négociations avec la Grèce, estimant que le progrès étaient insuffisants. De plus, les Européens se montrent eux aussi de plus en plus ouvertement critiques vis-à-vis de la Grèce. “Lors d'une conférence de presse à Bruxelles, Donald Tusk, le président du Conseil européen, a indiqué : 'ce n'est plus le moment de jouer', et demande aux autorités grecques de se montrer 'un peu plus réalistes'”, rapportent ce matin les analystes d'Aurel BGC

'Les négociations se poursuivent, maintenant, à Bruxelles (réunion entre Tsipras et Juncker) pour tenter de forger un compromis. Il y ni aura pas de solution à court terme, notamment durant ce week-end', estime ce matin Aurel BGC.

En effet, la patience de l'Allemagne semble arriver à bout. Selon le journal allemand Bild, le gouvernement allemand plancherait désormais sur l'éventualité d'un défaut de paiement de la Grèce et tenterait d'en évaluer les conséquences, ce qui semble signaler que Berlin croit davantage en ce scénario.

Scénario qui impliquerait une dévaluation de l'encours de dette publique héllène et la mise en place d'un contrôle des capitaux. Il s'agirait d'une étape intermédiaire entre la situation actuelle et le scénario du pire, le “Grexit” (la sortie de la Grèce de la zone euro).

Enfin et peut-être surtout pour la tendance de ce matin, Angela Merkel a déclaré qu'un euro trop fort rendait plus difficiles les réformes de fonds pour les pays périphériques à la zone euro, comme l'Espagne et l'Irlande. Quelques minutes après cette déclaration, l'euro/dollar a sensiblement perdu du terrain en intraday, signalant le rôle majeur que joue Berlin dans le fonctionnement de la zone euro

Par ailleurs, on a appris dans la matinée que la production industrielle avait augmenté de 0,1% dans la zone euro de mars à avril.

Cet après-midi depuis les Etats-Unis, les cambistes suivront notamment l'évolution de l'indice des prix à la production en mai, attendu par le consensus en hausse de 0,4% après une baisse équivalente un mois plus tôt. Hier en effet, les prix à l'importation ont augmenté de 1,3% entre avril et mai, soit un chiffre supérieur aux prévisions (+ 0,8%) ainsi qu'un record depuis 2012. Soit autant de signes avant-coureurs d'une éventuelle accélération de l'inflation.

Les opérateurs prendront également connaissance de l'indice mesurant la confiance du consommateur selon l'université du Michigan.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance