BFM Patrimoine

CAC40: des résultats ternes en 2013, mais de bons signaux pour 2014

Les bénéfices nets du CAC40 ont baissé de 9% en 2013.

Les bénéfices nets du CAC40 ont baissé de 9% en 2013. - -

Orange et Gemalto sont les dernières entreprises du CAC40 à publier leurs résultats, ce jeudi 6 mars. Bilan: des bénéfices nets en baisse pour la troisième année consécutive. Mais 2014 devrait être plus propice.

Avec les chiffres publiés ce jeudi 6 mars par Orange et Gemalto, la saison des résultats annuels du CAC40 s'achève. Les bénéfices nets sont ressortis en baisse en 2013, à un peu plus de 46 milliards d'euros, soit une baisse de 9%.

Les bénéfices du CAC sont en repli pour la troisième année consécutive. Et, à près de 46 milliards d'euros, ils sont loin des records de 100 milliards qui avaient été atteints en 2007.

Néanmoins, ce millésime 2013 a tout de même des allures de sortie de crise, et la tendance pourrait cependant s'inverser en 2014. Bien sûr, l'année n'a pas été simple, et les effets de change ont laissé des traces.

La guerre des monnaies entrave les entreprises

L'euro fort a pénalisé bon nombre de sociétés très tournées vers l'exportation. Mais les devises émergentes ont elles aussi pénalisé les groupes présents sur place, qui y produisent et qui y vendent. Une tendance déjà présente dans les comptes du troisième trimestre.

Beaucoup de grands groupes ont également dû faire face à des éléments exceptionnels, comme des dépréciations d'actifs ou de grosses charges de restructuration.

Mais dans le même temps il y a eu ce que l'on pourrait appeler des "amortisseurs". Premièrement, une amélioration sur le plan conjoncturel: la reprise a commencé à se confirmer aux Etats-Unis, Et la sortie de récession en Europe a commencé à se lire dans les chiffres de vente en fin de l'année.

Deuxièmement, au sein des entreprises, les baisses de coûts réalisées pendant des années ont commencé à payer. Résultat, la tendance s'est inversée, et des patrons estiment avoir plus de visibilité, et les marchés anticipent, enfin, pour 2014, une hausse des bénéfices.

Guillaume Paul