BFM Patrimoine

Assurance vie: Yomoni Kids, le contrat qui incite les parents à prendre des risques

Une nouvelle assurance vie dédiée aux enfants vient de naître. Son nom: Yomoni Kids.

Une nouvelle assurance vie dédiée aux enfants vient de naître. Son nom: Yomoni Kids. - Wikimedia

Une start-up spécialisée dans la gestion de l'épargne en ligne lance aujourd'hui un contrat d'assurance vie pour les bambins qui parient sur le long terme. Indexé sur les marchés financiers, ce produit peut rapporter bien plus que le Livret A mais n'offre aucune garantie.

Un nouveau contrat d'assurance vie dédié aux jeunes enfants vient de naître. Son nom: Yomoni Kids. À la différence de la plupart des contrats visant à faire fructifier un capital pour sa progéniture, celui qu'a concocté la start-up Yomoni, spécialisée dans la gestion de l'épargne en ligne, s'adresse en priorité aux parents qui aiment le risque. En effet, l'épargne est notamment placée sur des ETF et des fonds indiciels, deux produits qui suivent l'évolution des marchés financiers. Le capital n'est donc en rien garanti.

Autre particularité de ce nouveau venu dans l'univers de l'épargne en ligne: la souscription simplifiée, "alors que, normalement, c'est une véritable usine à gaz administrative", déclare Sébastien d'Ornano, président de Yomoni, dans Le Parisien.

Les parents peuvent ainsi, en quelques clics, ouvrir un contrat en indiquant le nom de leur enfant, qui pourra disposer des fonds dès sa majorité pour faire des études, voyager ou réaliser un premier investissement dans l'immobilier. Ensuite, Yomoni dresse un "profil de risque" des investisseurs, recommandé au terme d’un questionnaire adapté aux questions familiales et à l’âge de l’enfant. L'investissement initial et minimal est de 1.000 euros.

Mieux que le Livret A

À l'heure où les taux d'intérêt atteignent des planchers, la fintech promet à long terme des rendements bien plus élevés que ceux du Livret A, un produit plus sûr mais qui ne rapporte quasiment plus rien (0,75% par an).

Interrogée par le site financier cBanque.com, la société assure que "si les parents des enfants nés en 1985 avaient placé 1.000 euros à leur naissance sur un livret A, ils auraient récupéré 2.056 euros à leurs 18 ans. Si ce placement avait porté sur les titres du CAC 40 au sein d'une assurance vie, ils auraient récupéré 6.514 euros à leur 18e anniversaire".

"Pour un horizon d’investissement très long, qui peut dépasser 18 ans, nous sommes convaincus que cela n’a pas de sens de prendre un fonds en euros (par opposition aux unités de compte qui sont exprimées en parts de Sicav, SCPI etc., Ndlr). Nos algorithmes le disent, et c’est notre conviction: il y a une plus forte valeur ajoutée dans un investissement plus diversifié, avec une part plus importante de risque", ajoute l'un des dirigeants.

Julien Mouret