BFM Patrimoine

Le premier bitcoin proposé aux enchères en France s'est vendu une fortune

La première vente aux enchères en France a réservé quelques surprises avec notamment un premier achat bien au-delà du cours actuel du bitcoin.

"On va recommencer l'enchère". Pour le premier lot de bitcoin mis aux enchères en France, un vent de folie a soufflé dans la salle de vente. Si bien que la commissaire-priseur a décidé de remettre les compteurs à zéro. En l'occurrence, Ghislaine Kapandji semblait bien interloquée par les mises qui fusaient: 10.000, 15.000, 20.000 euros… le tout pour un lot de 0,11 bitcoin, soit 5000 euros sur le marché, au moment des enchères. "C'est 0,11 bitcoin pas 1 bitcoin" rappelle la commissaire-priseur avant de relancer l'enchère.

Peine perdue, la vente du premier lot se termine… à 26.800 euros. Cinq fois le prix du marché! Comment expliquer un tel décalage? Plusieurs théories peuvent être avancées. Un coup de com' d'une société qui souhaitait s'offrir le premier bitcoin mis aux enchères en France?

Coup de poker?

Ou bien un coup de poker. Grâce aux NFT, ces certificats numériques qui permettent d'authentifier un bitcoin, ce premier lot deviendra peut-être collector et se vendra, telle une œuvre d'art, bien plus que sa valeur réelle sur le marché.

Mais cela n'explique pas pour autant l'énorme engouement pour ces enchères où les lots se vendaient, au mieux au prix, au pire 10% plus cher en prenant en compte les frais (14,5%). Peut-être la provenance des bitcoins (en l'occurrence l'Etat) a rassuré les acheteurs effrayés par le nombre d'arnaques sur internet. Ces bitcoins ont aussi l'avantage d'avoir une certification irréprochable même si cela n'a, pour le moment, pas plus de valeur qu'un bitcoin acheté sur une plateforme sérieuse.

Reste à savoir si les acheteurs s'y retrouveront par la suite. Après l'achat, ils ne recevront leur lot que dans les 48h. 48 heures où le bitcoin aura tout le loisir de varier à la hausse. Ou à la baisse…

Thomas Leroy Journaliste BFM Business