BFM Patrimoine

Impôts: les avis d’imposition arrivent avec retard

Les avis d'imposition tardent à arriver dans les boîtes aux lettres.

Les avis d'imposition tardent à arriver dans les boîtes aux lettres. - -

Près de 3,8 millions de contribuables n'ont pas encore reçu leur avis d'imposition. Bercy explique qu’en raison de changements fiscaux, des retards ont effectivement lieu. Au point de repousser pour certains au 15 octobre le paiement du solde.

Recevoir dans sa boîte aux lettres son avis d’imposition n’est jamais perçu comme une bonne nouvelle. Mais quand il tarde à venir, la situation n’est pas plus enviable. Ainsi, sur les 36,9 millions de foyers fiscaux, 3,8 millions n’auraient toujours pas reçu leur avis, selon une estimation d’Europe1. Or, pour ceux qui ne sont pas mensualisés, la date limite de paiement du troisième tiers est fixée au 16 septembre!

Face à l’inquiétude grandissante, la Direction générale de finances publiques a, par la voie d’un communiqué publié le 10 septembre, fait le point sur ces retards.

Ils sont dus à un changement des informations contenues sur l’avis d’imposition : les prélèvements sociaux, qui doivent être versés sur certains revenus de loyers ou plus-values immobilières, ne font plus l’objet d’un courrier séparé. Pour des raisons de réduction de coût, ils figurent sur un avis commun avec l’impôt sur le revenu.

Le couac des avis dématérialisés

Une nouveauté qui a poussé le DGFiP à mettre en place deux échéanciers. Les contribuables concernés par ce changement recevront dans les jours prochains leurs avis, et ils bénéficieront d’un délai de plus pour payer leurs impôts, fixé au 15 octobre.

Les foyers ne bénéficiant pas de ce délai supplémentaire ont déjà tous reçu leur avis, affirme Bercy.

Malgré cette assurance, le cafouillage semble être bien plus vaste et concerner bien plus de contribuables, notamment ceux qui ont opté pour la télédéclaration.

Car pour des raisons d’économies, Bercy veut inciter les Français à opter pour l’e-administration et en finir avec la paperasse. Et parfois l’évangelisation se fait à pas forcés. Ainsi, l’adoption de l’avis d’imposition en ligne était une option cochée par défaut lorsque les contribuables ont fait leur déclaration de revenus pour 2012. Deux millions de contribuables auraient fait ce choix, mais combien ne l’ont pas fait sciemment et s’inquiètent de n’avoir toujours pas reçu leur avis papier !

Coralie Cathelinais