BFM Patrimoine

Immobilier neuf en France : une chute vertigineuse

-

- - -

Selon les chiffres publiés par la Fédération française du bâtiment, entre juillet 2017 et juillet 2018, les ventes de maisons neuves sur le marché sont passées de 135 000 à 120 000 unités (-9,8%).

Un constat alarmant. Les acteurs de la construction immobilière au sein de la Fédération française du bâtiment ont publié leurs chiffres du premier semestre 2018. Et ils sont mauvais. Entre juillet 2017 et juillet 2018, les ventes de maisons neuves sont passées de 135 000 à 120 000 unités (-9,8%). Pire encore, en comparant les sept premiers mois de 2017 et de 2018, les chiffres affichent même un écart de 13,7%. Toutes les régions françaises sont concernées par ce phénomène. 

Un phénomène qui s'explique pour plusieurs raisons : le rajustement du PTZ des primo-accédants, celui du dispositif Pinel dans les zones B2 et C, et la suppression de l'APL Accession.

« Nos craintes exprimées depuis fin 2017 se sont confirmées : la dynamique de croissance démarrée en 2015 est brisée. La suppression des aides et le rabotage du PTZ en zone B2 et C ainsi que sa suppression fin 2019 envoient l'accession sociale au point mort » expliquent Les constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment.

Les estimations de la FFB avaient anticipé une baisse des ventes pour 2018. Cependant, les résultats ont été bien en-deçà du scénario envisagé. Si l'exercice 2018 était attendu à -8 % ou -10 %, les nouvelles perspectives sont désormais autour de -12 % à -15 %.

Cette désaffection des acheteurs pour le neuf a pour conséquence un net ralentissement de la hausse des prix. Cette perte de vitesse touche principalement les maisons. Sur l’année, leurs prix (2 684 euros/m²) ne progressent que de 2,9% alors qu’en décembre 2017, c'est une hausse annuelle de 5,6% qu'ils affichaient. Quant aux appartements, c'est la même chose. Sur les douze derniers mois, leurs prix de vente reculent de 0,8% par rapport aux chiffres de l'hiver 2017.