BFM Patrimoine

Immobilier : à Paris et en Ile-de-France, les prix montent encore

-

- - Edouard Grillot/Unsplash

D'après les notaires de Paris-Ile-de-France, en un an, d’août 2017 à août 2018, le prix des logements anciens a augmenté de 3,2%.

Paris et l'Ile-de-France voient encore les prix grimper. Si une récente étude a classé la capitale française comme quatrième ville la plus chère du monde, sa proche banlieue connaît une forte augmentation également.

En effet, d'après les notaires de Paris-Ile-de-France, en un an, d’août 2017 à août 2018, le prix des logements anciens a augmenté de 3,2%. A Paris, le prix du mètre carré des appartements anciens a atteint 9 420 euros/m² en août 2018 (+2,2% en un trimestre, +5,9% en un an), mais cette tendance haussière a aussi impacté la petite couronne (+6,6%) et la grande couronne (+2%). Neuilly-sur-Seine a même dépassé Paris à 10 344 euros le m². Les prix à Levallois-­Perret grimpent à 8 544 euros le m² (+12,3% sur un an), Boulogne-Billancourt est à 7 890 euros, (+3,4%) et Issy-les-­Moulineaux à 7 308 euros (+10,8%). 

Et cela pourrait encore continuer. D’après les prix issus des avant-contrats, le prix au mètre carré à Paris pourrait dépasser 9 600 euros/m² en décembre 2018. La hausse annuelle serait alors moins forte qu’il y a un an (8,7%) mais elle franchirait les 6%. Le seuil symbolique de 10 000 euros/m² n'a jamais paru aussi proche... 

Un volume de ventes élevé

Plus généralement, en France, les transactions immobilières restent en bonne santé. Les Notaires de France ont comptabilisé près de 950 000 ventes en un an. Un volume annuel qui reste élevé, comme en 2017. Un dynamisme rendu possible grâce « au regain de confiance des ménages face à de meilleurs indicateurs et une meilleure santé économique du pays », selon eux.

Sur l'ensemble du territoire, en un an, les prix des logements anciens en France ont augmenté de 2,8%. La hausse est principalement tirée par les prix des appartements (3,3% contre 2,5% pour les maisons). Le marché, tiré par Paris et l'Ile-de-France, reste dynamique et les prix élevés. Selon les notaires, es prix des logements dans les grandes villes (Rennes, Bordeaux, Nantes et Lyon) continueront d’augmenter, entre 5 et 10% pour les appartements par exemple.