Jean-Dominique Sénard, nouveau président de Renault
 

Le constructeur japonais craint une trop grande concentration des pouvoirs, comme c'était le cas jusqu'alors avec Carlos Ghosn. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire