BFM Business

"Nationalisation, le mot ne me fait pas peur", lance Darmanin

Gerald Darmanin

Gerald Darmanin - BFMTV

Pour le ministre de l'Action et des Comptes publics, il est essentiel en cette période de sauver l'économie. Sur BFMTV et RMC il se dit prêt à "sortir de nouveau le carnet de chèques" et à nationaliser si besoin les grandes entreprises.

Pour faire face à l'épidemie de coronavirus et les dégâts qu'elle provoque sur l'économie, le gouvernement a annoncé injecter 45 milliards d'euros pour soutenir les entreprises et les Français et financer les mesures sanitaires.

"Nous avons pris une décision forte, notre pays est en guerre, donc nous avons mis en place une économie de guerre", a martelé Gérald Darmanin, sur BFM TV et RMC ce mercredi. 

Certaines grandes entreprises sont en première ligne, comme Air France dont l'activité est paralysée par la pandémie. Le ministre de l'Action et des Comptes publics, se dit prêt à la soutenir. 

"Nationalisation, le mot ne me fait pas peur, a-t-il réagit. Nous sommes prêts si jamais il y avait des difficultés importantes pour les grandes entreprises".

Et il se dit prêt de nouveau " à sortir le carnet de chèques" si il est nécessaire de soutenir d'autres secteurs. 

"C’est parce que nos finances étaient saines, parce que nos prêteurs nous prêtaient à 0%, parce que nous avions fait des efforts économiques, C’est grâce à ça qu’en temps de guerre, nous pouvons dépenser, et quasiment sans compter.", a mis en avant Gérald Darmanin.