BFM Business

Mobilité urbaine: avec des scooters intelligents, Fnac Darty ajoute une nouvelle corde à son arc

Les enseignes Fnac et Darty proposent la nouvelle gamme de scooters Model E du constructeur français RED Electric, en démonstration dans une trentaine de magasins

Les enseignes Fnac et Darty proposent la nouvelle gamme de scooters Model E du constructeur français RED Electric, en démonstration dans une trentaine de magasins - Sébastien Siraudeau (Fnac-Darty)

Après les trottinettes, les vélos et une voiturette, Fnac-Darty propose désormais les scooters électriques haut de gamme de Red Electric pour devenir un acteur incontournable de la mobilité urbaine.

Avant, on allait à la Fnac pour acheter des livres ou des disques, et chez Darty pour de l'électroménager ou des téléviseurs. Désormais réunies, ces enseignes deviennent peu à peu synonymes de mobilité urbaine. Fin décembre, deux magasins, Darty République à Paris et la Fnac de La Défense, sont devenus des vitrines de ces nouvelles offres en proposant des véhicules, des accessoires et des ateliers de réparation vélos en partenariat avec CycloFix.

Après s'être lancé en 2019 avec des trottinettes, des hoverboards et des gyroroues, puis en 2020 avec des vélos (Peugeot Cycles et Angell Bike) et une voiturette (AMI de Citroën), l'enseigne ajoute ce mercredi une nouvelle corde à son arc. Elle propose désormais les scooters de Red Electric, une société française créée en 2015 qui a mis au point des deux roues racés, performants et innovants. Ils sont déjà en précommande en ligne et comme les autres engins proposés par l'enseigne, ils seront directement livrés à domicile chez le client.

Nous sommes devenus en deux ans le leader français avec les trottinettes, mais il nous manquait en effet un véhicule urbain entre les vélos et le quadricycle électrique, ce scooter intelligent était la pièce manquante à notre offre, explique à BFM Business, Olivier Garcia, directeur produit de Fnac Darty. Nous l'avons sélectionné pour les innovations qu'il propose en terme d'autonomie et de connectivité, mais aussi c'est une gamme qui vise une clientèle à partir de 14 ans".

La Tesla du scooter

La nouvelle gamme Red, Model E, se compose de trois versions: le E50 (4 kW), du E100 (6 kW) et du E125 (11 kW). Le E50 est homologué comme un cyclomoteur avec une vitesse limitée à 45 km/h pilotable dès 14 ans. Pour les deux autres dont la vitesse atteint 80 et 125 km/h (avec des couples de 277 et 560 Nm), il faudra le permis A1 ou le B avec une formation de 7 heures.

Le nom de la gamme est un clin d'oeil évident à Tesla. Le groupe américain s'était fait refusé Model E pour la Model 3 car le nom avait été déposé par Ford.

Le scooter Red Electric
Le scooter Red Electric © Red Electric

D'ailleurs les batterie sont en lien direct avec Tesla. Ce sont des 2,42 kWh équipées de cellules Lithium-Ion 21700, les mêmes que sur la Model 3. Sur le scooter, on peut en installer jusqu'à quatre pour atteindre une autonomie impressionnante de 200 à 300 km max selon les modèles. Elles sont amovibles pour permettre de les recharger où l'on veut sur une simple prise de courant en seulement 2 heures 30, assure Red Electric.

Le scooter Red Electric
Le scooter Red Electric © Red electric

Enfin les Model E sont connectés à une appli (iOS ou Android) pour les démarrer, les surveiller, les protéger contre le vol et gérer la recharge des batteries. On peut aussi, programmer ses destinations depuis son smartphone et suivre l'itinéraire du GPS sur le tableau de bord composé d'un écran de 7 pouces rétroéclairé́ et étanche.

Bientôt une moto dans les rayons

Ces performances ont bien sur un prix qui varie en fonction du nombre de batteries. Il faut compter à partir de 3990 euros avec une batterie pour l'E50. L'E100 est proposé avec au moins deux batteries à partir de 5990 euros tandis que l'E125 est livré avec quatre batteries pour 8990 euros, soit tout de même 2000 euros de plus que la voiturette de Citroën. "Elles visent une clientèle de CSP+, ne nous le cachons pas", indique Olivier Garcia.

L'enseigne ne compte pas s'arrêter là. La prochaine pièce du puzzle pourrait être une moto.

C'est la suite logique, elle devra être bien sûr électrique et innovante. Depuis le lancement avec l'AMI de Citroën, des constructeurs de motos nous contactent. Parmi eux, une marque comme Socco est intéressante", nous a confié Oliver Garcia.

Mais avant cela, 2021 sera surtout consacrée à organiser le réseau de vente qui ne se limitera pas à seulement deux magasins. D'autres ouvriront progressivement dans les grandes villes de France avec le même concept: les mobilités urbaines et innovantes.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco