BFM Business

Les secteurs qui paient le plus et ceux qui paient le moins... les cadres

Mieux vaut être cadre dans l'aérien que dans la coiffure

Mieux vaut être cadre dans l'aérien que dans la coiffure - Philppe Huguen - AFP

Selon une étude de la Dares publiée ce mardi, les entreprises du secteur de la coiffure offrent à leur personnel d'encadrement trois fois moins que les compagnies aériennes (hors pilotes). Tour d'horizon.

Si les cadres bénéficient presque du plein emploi, avec un taux de chômage inférieur à 5%, tous ne sont pas logés à la même enseigne coté rémunération.

Une étude de la Dares, la branche statistique du ministère du Travail, menée sur la base des conventions collectives de branches en 2014, permet de s'en rendre clairement compte.

Selon ce document publié ce mardi 7 février, les cadres gagnaient en moyenne 4.090 euros nets par mois en 2014, soit 2,3 fois plus qu'un ouvrier et 2,5 fois plus qu'un employé.

Des salaires moyens qui varient de 1 à 3

Mais, évidemment, cette moyenne cache des disparités importantes selon les branches. Ainsi les cadres les mieux lotis, ceux des compagnies aériennes (que la Dares range dans la catégorie "personnels au sol dans les transports aériens" et qui ne comprend donc pas les pilotes) gagnaient 6.060 euros nets par mois, soit le triple de la rémunération mensuelle moyenne des rares cadres de la coiffure (2.040 euros nets).

Outre le transport aérien, on retrouve dans le haut du panier des secteurs qui figuraient déjà parmi les plus lucratifs dans une autre étude de la Dares publiée voici deux semaines. Ainsi, les cadres l'industrie pharmaceutique (5.430 euros), de la banque (5.190 euros) de la chimie (5.060 euros) et de l'industrie du caoutchouc (4.710 euros) sont parmi les mieux lotis de France.

Dans la plupart de ces secteurs, la part des cadres dans les effectifs est forte (au moins 20%). Le cas de la banque est encore plus frappant. En moyenne, un salarié sur deux est un cadre.

Des secteurs avec peu de cadres

Inversement, les secteurs où les cadres sont les moins bien rémunérés relèvent des branches où ils sont, proportionnellement, les moins nombreux. Dans la coiffure, ils représentent tout juste 2% de l'effectif. De même, pour le commerce de fruits et légumes (2.800 euros nets par mois), les pharmacies d'officine (2.890 euros) l'habillement (entre 3.090 et 3150 euros, selon qu'il s'agisse d'articles sportifs ou non), les hôtels-cafés-restaurants (3.200 euros) ou encore les cabinets médicaux (3.300 euros), où la proportion de cadre ne dépasse pas les 10%.

Il faut néanmoins préciser que la Dares range dans la même catégorie les cadres et les chefs d'entreprises qui se versent un salaire, ce qui peut quelque peu brouiller les statistiques.

Par ailleurs, les écarts de salaires sont plus forts pour les cadres que pour les autres catégories de salariés. Chez les ouvriers le salaire net moyen varie de 1 (1.280 euros nets dans les entreprises de nettoyage) à 2,4 (3.130 euros dans l'assurance). Chez les employés, l'écart maximum est de 2 (1.310 euros dans la restauration rapide contre 2.570 euros dans la pharmacie). Enfin dans les professions intermédiaires, il atteint 1,7 (1.680 euros dans la restauration rapide contre 2.970 euros dans la pharmacie, là encore).

Julien Marion