BFM Business

Après Rennes, les salles de sport de Toulouse obtiennent leur réouverture

"Le préfet a reçu une injonction de modifier son arrêté, faute de quoi la suspension sera automatique lundi soir", a expliqué l'avocat qui coordonne les procédures lancées en France.

"Le préfet a reçu une injonction de modifier son arrêté, faute de quoi la suspension sera automatique lundi soir", a expliqué l'avocat qui coordonne les procédures lancées en France. - ALFREDO ESTRELLA / AFP

Le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse a suspendu une partie de l'arrêté du préfet, l'interdiction de l'accueil du public dans les salles de sport et gymnase

Sommées de fermer la semaine dernière en vertu d'un arrêté préfectoral, les salles de sport de Toulouse peuvent rouvrir, après avoir obtenu gain de cause vendredi devant le tribunal administratif, comme à Rennes jeudi.

"Le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse a suspendu une partie de l'arrêté du préfet, l'interdiction de l'accueil du public dans les salles de sport et gymnase", a dit à l'AFP l'avocat Robin Tesseyre, qui a plaidé la cause de France Active, principal syndicat des salles de sport et de fitness de France.

"Après Rennes, on a obtenu la réouverture à Toulouse pour la Haute-Garonne. Pour Paris et les Hauts-de-Seine, le préfet a reçu une injonction de modifier son arrêté, faute de quoi la suspension sera automatique lundi soir", s'est réjoui Sébastien Bracq, l'avocat qui coordonne une quinzaine de procédures lancées en France.

En revanche, la demande de suspension s'est heurtée à des rejets devant les tribunaux administratifs de Bordeaux, Lille, Nice, Montreuil, Lyon, Grenoble, Rouen, Marseille et Montpellier. Vendredi soir, il attendait une réponse pour la Guadeloupe.

Une centaine de manifestants à Paris

Les salles "peuvent rouvrir et fonctionner comme avant l'arrêté, dans le respect des mesures drastiques qu'elles imposent à leurs adhérents", souligne Me Bracq.

Le soulagement a rapidement gagné les salles.

"On est contents, on n'avait pas compris pourquoi on avait dû fermer, on rouvre (samedi). Nos adhérents ne comprenaient pas, car on avait mis toutes les mesures en place. Avec tout le mal qu'on s'est donné...", a réagi Elodie Piazza, responsable de la salle Keep Cool Atlanta à Toulouse.

Selon Elodie Piazza, les usagers de son établissement "se sentaient plus en sécurité dans la salle qu'à d'autres endroits, ils trouvaient que c'était une injustice".

Le tribunal administratif de Paris, saisi en urgence par plusieurs sociétés possédant des salles de sport à Paris, a enjoint jeudi la Préfecture de police de revoir d'ici à lundi son arrêté de fermeture.

Vendredi, une centaine de manifestants ont défilé dans les rues de Paris contre la fermeture "injustifiée" selon eux des salles de sport.

PS avec AFP