BFM Business

Les récoltes françaises de blé et d'orge s'annoncent vraiment mauvaises

La production de blé tendre est estimée à 29,7 millions de tonnes en chute libre en un an (-24,9% par rapport à 2019 et -15,9% par rapport à la moyenne 2015-2019).

La production de blé tendre est estimée à 29,7 millions de tonnes en chute libre en un an (-24,9% par rapport à 2019 et -15,9% par rapport à la moyenne 2015-2019). - Guillaume Souvant-AFP

Les productions en 2020 de blé tendre et de blé dur devraient baisser respectivement de 24,9% et de 17% par rapport à l'an passé, selon les estimations du ministère de l'agriculture. En cause, un automne très pluvieux et un printemps chaud et sec.

L'année 2020 sera un mauvais "millésime" pour les grandes productions de céréales françaises, qu'il s'agisse du blé (tendre et dur) ou de l'orge.

Selon les estimations au 1er août 2020 du service statistique du ministère de l'agriculture (Agreste), "la production de blé tendre atteindrait 29,7 millions de tonnes, pour un rendement moyen de 68,3 quintaux/ha. Elle baisserait sur un an de 24,9 %, et de 15,9 % par rapport à la moyenne 2015-2019".

Les surfaces de blé tendre ont baissé

Les surfaces de blé tendre, qui intègrent ce mois partiellement les surfaces PAC déclarées par les agriculteurs le 15 juin, sont estimées à 4349 milliers d’hectares (contre 4406 milliers d’hectares au 1er juillet) et seront revues lors des prochaines estimations.

"Il s’agit de la sole de blé tendre la plus faible depuis 1994" constate le ministère qui ajoute que "les régions de l’ouest sont très impactées par la baisse de la production : Poitou-Charentes (- 43,2 % sur un an), Pays de la Loire (- 34,9 %) ou encore Bretagne (- 21,5 %)."

"Avec une production évaluée en deçà des 30 millions de tonnes pour le blé tendre, les céréaliers français vont vivre une campagne particulièrement tendue, peut-être l'une des pires depuis 30 ans", affirme le syndicat des producteurs de blé (AGPB

La production de blé tendre est estimée à 29,7 millions de tonnes (-24,9 % par rapport à 2019 et -15,9% par rapport à la moyenne 2015-2019).
La production de blé tendre est estimée à 29,7 millions de tonnes (-24,9 % par rapport à 2019 et -15,9% par rapport à la moyenne 2015-2019). © Ministère de l'Agriculture

Quant à la production de blé dur (acheté essentiellement par les producteurs de pâtes), elle baisserait sur un an de 17 %, le rendement étant en forte diminution à 51,6 quintaux/ha. La production d'orges (d'hiver et de printemps), estimée à 11,3 Mt, régresserait, les rendements baissant de 13,3 q/ha en un an.

Pour le maïs, le ministère estime "incertaine" la production de maïs à cette date. Mais, "le rendement pourrait augmenter de 1,5 q/ha sur un an dans un contexte de hausse des surfaces. La production de maïs pourrait atteindre 14,4 milions de tonnes".

Ces prévisions pessimistes sont dûes aux conditions climatiques particuliers de l'année 2019-2020.

"Les semis des cultures d’automne ont été largement pénalisés par les précipitations. Ces mêmes cultures ont par la suite subi une sécheresse importante au printemps" explique le ministère de l'Agriculture. Ceci explique à la fois la baisse des surfaces et des rendements,

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco