BFM Business

Les pâtes coûtent moins cher qu'en 1992. Et la baguette alors?

Le prix de la baguette de pain a progressé de plus de 50% en 23 ans.

Le prix de la baguette de pain a progressé de plus de 50% en 23 ans. - Martin Bureau - AFP

En 23 ans, le prix du kilogramme de pain a bondi de 56% soit plus que l'inflation sur la même période. Dans le même temps, les pâtes, comme d'autres produits de base, ont vu leur prix évoluer en fonction du cours des matières premières pour atteindre aujourd'hui un prix inférieur à celui de 1992.

Les Français n'en ont peut-être pas pris conscience mais un paquet de pâtes dans un supermarché valait fin 2014 un petit peu moins cher qu'en... 1992. C'est que peu d'entre eux achètent tous les jours des spaghettis ou des coquillettes. Même en cette période de quasi-stagnation des prix, les Français ont souvent l'impression que leur pouvoir d'achat ne cesse de baisser, peu importe que le gouvernement affirme que l'inflation est au plus bas. C'est la différence entre "l'inflation réelle" et l"inflation ressenti".

Les Français, eux, utilisent bien plus souvent le prix de la baguette de pain pour démontrer que, oui, les prix augmentent bel et bien. Evidemment, il s'agit d'une image biaisée. Pour preuve cette infographie produite par le portail d'information bonial.fr, qui constate l'évolution du prix des produits censés être les plus consommés par les Français, en se basant sur les données de l'Insee, à savoir le camembert, le lait, les pâtes, la boite de thon, le café, la baguette et l'essence. Le tout sur une période de 23 ans, de 1992 à fin 2014.

Passez votre souris sur l'infographie pour faire défiler les différents prix des denrées alimentaires au cours des années.

La baguette un mauvais indicateur

Premier constat: le prix du pain a connu une flambée impressionnante. De 2,23 euros le kilogramme en 1992 (soit 55 centimes la baguette), son prix est passé à 3,48 euros (soit 87 centimes la baguette), soit une hausse de 56%. Sur la même période, l'inflation a elle été de 39% entre décembre 1992 et décembre 2014, à titre de comparaison.

Cette hausse n'est d'ailleurs que très peu corrélée avec les cours du blé sur le marché. Pour cause, ce composant ne représente que 6 à 10% du coût de la baguette, selon la FDSEA60, la fédération des agriculteurs de l'Oise, contre 45% pour le coût de la main d'œuvre.

La baguette n'est, donc, pas forcément un bon indicateur de l'évolution des prix. L'évolution des tarifs des autres produits alimentaires le confirme un peu plus.

Les produits laitiers ont pour ainsi dire beaucoup moins augmenté. Le litre de lait écrémé est ainsi passé de 59 centimes d'euros à 78 centimes fin 2014, soit une hausse de +32%, moins forte que l'inflation donc. Mieux, les 250 grammes de camembert normand avec 45% de matières grasses sont quasiment au même prix qu'en 1992 (1,54 euros contre 1,66 euros).

La palme revient aux 500 grammes de pâtes supérieurs dont le prix a légèrement baissé par rapport à 1993 (0,77 euros contre 0,79 euros).

A l'inverse le café a connue hausse forte. Les 250 grammes d'Arabica moulu ont presque doublé depuis 1993 (2,95 euros contre 1,64 euros). Il en est de même pour le litre de Sans Plomb 95 (0,79 euros contre 1,54 euros soit +95%).

J.M.