BFM Business

Les grandes entreprises empruntent plus cher sur les marchés

Les coûts de financement  des grandes entreprises du CAC40 ont augmenté sur le marché.

Les coûts de financement des grandes entreprises du CAC40 ont augmenté sur le marché. - -

Le coût moyen des emprunts à 5 ans des entreprises du CAC40 est passé de 1,25% en mai à 1,68% en octobre, révèlent les données publiées par Tikehau et L'Edhec Risk Institute pour BFM Business.

Comme chaque mois, l’indicateur calculé par la société d’investissement Tikehau et l’Edhec Risk Institute pour BFM Business indique, d’une part, le taux auquel empruntent en moyenne les grandes entreprises françaises du CAC 40 (aucun taux moyen n’était calculé jusqu’à maintenant), et, d’autre part, le coût pour nos finances publiques de l’écart de taux d’intérêt entre notre dette publique et celle de l’Allemagne.

Tikehau et l’Edhec Risk Institute sont, rappelons le, les seuls à calculer un taux d’intérêt moyen de financement à 5 ans pour les entreprises du CAC 40. La tendance est sans appel : depuis le mois de mai, date à laquelle le coût de financement à 5 ans du CAC 40 a atteint un plancher à 1,25%, les taux d’intérêt auxquels empruntent en moyenne nos grands groupes ont remonté pour atteindre 1,68% début octobre.

Bonne nouvelle toutefois : l’écart du loyer de l’argent entre la dette privée et la dette publique ne se creuse pas, puisqu’il se maintient à moins de 0,5 point contre 0,7 point à l’automne 2012.

La France a payé 12,3 milliards d'euros de plus que l'Allemagne pour rembourser sa dette en 2013

L’écart entre les taux sur les dettes publiques française et allemande ne se creuse pas non plus. Pour les neuf premiers mois de 2013, le coût relatif de la dette de la France par rapport à l’Allemagne est de 12,3 milliards d’euros, soit légèrement moins que l’an dernier à la même époque. Pour l’année 2012, l’écart avait atteint 16,7 milliards d’euros, soit déjà moins qu’en 2011 (18,34 milliards).

Traditionnellement, la différence de charge d’intérêt s’explique par trois principaux facteurs : le montant de dettes émis par chaque pays selon la maturité (effet maturité), la forme de la courbe de taux de chaque pays (effet pente), et le risque de crédit intrinsèque à chaque pays (effet crédit).

Ainsi, la France a tendance à se financer à plus long terme que l’Allemagne (en 2013, 47% des émissions allemandes ont été de maturités inférieures ou égales à 5 ans contre 21% pour la France). Depuis le troisième trimestre 2011, l’effet crédit est toutefois prédominant pour expliquer la différence d’intérêts entre les deux pays. Cet effet a été particulièrement important lors du second trimestre de l’année 2013.

Emmanuel Lechypre