BFM Business

Les Français ont dépensé 81 milliards d'euros en ligne en 2017

Les ventes en ligne poursuivent leur croissance en 2017

Les ventes en ligne poursuivent leur croissance en 2017 - DENIS CHARLET / AFP

37 millions de Français ont fait des achats sur Internet en 2017. Les ventes en ligne ont progressé de 14,3% sur un an.

En 2017, les Français ont dépensé en ligne 81,7 milliards d'euros, en croissance de 14,3%, grâce à une clientèle élargie, l'augmentation de la fréquence d'achat et les nouveaux comportements d'achats sur mobile, a annoncé ce mardi la Fédération du secteur.

Portées par plus de 37 millions de cyber-acheteurs, selon un sondage Médiamétrie pour la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), les ventes en ligne sont restées sur "un niveau de croissance maintenu depuis trois ans". "En 2017, 1,2 milliard de transactions en ligne ont été réalisées, soit une croissance de 20,5%", ajoute la Fevad dans un communiqué.

Record de croissance au 4e trimestre

Au 4e trimestre, malgré le fléchissement de la consommation des ménages, le marché du commerce en ligne enregistre un record de croissance, notamment grâce aux opérations promotionnelles du mois de novembre. Ainsi, durant la période précédant Noël, les ventes sur internet ont progressé de 17,5%, à 16,5 milliards d'euros, précise la Fevad.

Enfin, le "m-commerce" (les ventes sur smartphones et tablettes) continue de gagner des parts de marché. Ainsi, "l'indice iCM, qui mesure les ventes sur l'internet mobile (smartphones et tablettes, sites mobiles et applications hors téléchargements d'applications et hors ventes sur les places de marchés) progresse de 38% en un an", précise la Fevad.

"Porté par l'augmentation du nombre de cyberacheteurs, de la fréquence d'achat et du développement de l'offre, l'e-commerce devrait poursuivre sa croissance dans les prochains mois et dépasser les 90 milliards d'euros en 2018", estime encore la Fédération dans son communiqué. À ce rythme, "la barre des 100 milliards d'euros devrait être franchie fin 2019", affirme-t-elle.

Les "millennials" fans de shopping

Une autre étude* menée par l'Observatoire Cetelem indique néanmoins que 57% des "millennials" (jeunes âgés de 15 à 35 ans) considèrent qu'acheter dans un magasin physique reste un plaisir, contre 47% pour l'ensemble de la population, selon cette étude européenne.

En revanche, ils sont évidemment meilleurs pour intégrer les usages d'internet dans le commerce physique et utilisent également plus que la moyenne les réseaux sociaux pour le contact avec les magasins.

Étonnamment, ces jeunes aiment davantage les centres commerciaux que l'ensemble de la population (74% contre 65%), qu'ils souhaitent voir devenir davantage des lieux d'expériences ludiques et sensorielles, des espaces de détente et de loisir. Ils sont par ailleurs 72% à estimer que les magasins auront fortement changé d'ici 10 ans. Pour 42%, tous les achats se feront sur internet d'ici là.

Un tiers des jeunes Français souhaitent plus dépenser à l'avenir

Cette génération voit l'avenir avec confiance: ils sont 79% à avoir une vision positive de leur futur, contre 68% pour l'ensemble de la population. Les jeunes Danois (86%) sont ceux qui voient l'avenir sous les meilleurs auspices, devant les Roumains (83%) et les Portugais (81%), alors que les jeunes Français et Italiens ne sont "que" 71% et 70% à le penser.

"Cette vision plus positive de la vie se traduit dans les intentions d'achat", affirme l'Observatoire Cetelem: si 47% des Européens se disent prêts à consommer davantage en 2018, ce pourcentage s'élève à 54% dans le cas des 15-35 ans.

Ce sont les Slovaques (73%) et les Tchèques (69%) qui s'annoncent comme les plus désireux de dépenser, tandis que les Français ne sont que 34% à le souhaiter, "soit un point de moins qu'en 2017", précise l'étude. "Les millennials ont une consommation plutôt responsable et raisonnée, comme leurs aînés, à quelques différences près", selon l'Observatoire, et ils ont une propension à plus épargner (73% contre 64%)".

*L'étude, réalisée du 2 octobre au 2 novembre 2017 dans 17 pays européens, a été conduite par le cabinet Kantar TNS auprès d'un échantillon représentatif de plus de 13.800 individus âgés de 18 à 75 ans, ainsi qu'un sur-échantillon de 3400 individus de 18 à 34 ans.

P.L avec AFP