BFM Business

Les entrepreneurs sont optimistes pour 2016

Stanislas de Bentzmann était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce lundi.

Stanislas de Bentzmann était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce lundi. - BFM Business

Croissance Plus, l'organisation patronale qui regroupe plusieurs centaines d'entreprises, publie un baromètre trimestriel optimiste, tant sur les perspectives de croissance que sur l'investissement.

Le changement d’état d’esprit des chefs d’entreprises est palpable dans le baromètre trimestriel publié ce lundi par l'organisation patronale Croissance Plus. La courbe de confiance se redresse de manière spectaculaire. Les entrepreneurs qui pensent que leur activité va augmenter dans les 6 prochains mois sont maintenant 49%, contre 35% au mois de mai.

"Pour la première fois, il y a un retour à des chiffres encourageants", s'enthousiasme Stanislas de Bentzmann, président de Croissance Plus, ce lundi sur BFM Business. Car outre cette confiance dans l'avenir, les chiffres sur l’emploi et l’investissement sont en train de s’améliorer dans ce baromètre. Ainsi 40% des entreprises de Croissance ont augmenté leurs effectifs ces 6 derniers mois et ils sont encore 35% à penser embaucher sur les 6 prochains mois, alors qu'ils n’étaient que 25% au printemps. Les chiffres sont les mêmes pour l'investissement.

Un véritable retournement

"Ce n'est pas seulement de la perspective, les chiffres montrent aussi que les six derniers mois se sont beaucoup mieux passés pour nombre d'entreprises", souligne le président de Croissance Plus. Ces chiffres, d'un niveau "qu'on n'avait plus vu depuis 2009" constituent pour lui un véritable "retournement". Attention, "les chiffres ne sont pas assez hauts pour imaginer que ça y est, tout est reparti", mais il y a "un nombre de plus en plus important d'entreprises qui voient la sortie du tunnel". Le chemin est le bon: au vu de "l'accélération de la volonté d'aller s'installer à l'étranger", Stanislas de Bentzmann estime que "les ingrédients de la croissance sont réunis".

En revanche, "la confiance pour la politique globale n'est pas très bonne". La confiance dans l'économie française se redresse légèrement, de 31 à 33%. Un score largement minoritaire. Les demandes de baisse de fiscalité et d’assouplissement du code du travail restent très vives. Mais "sur l'innovation, les entrepreneurs reconnaissent que des actions sont prises". Ils plébiscitent notamment le maintien du crédit impôt recherche (malgré les attaques contre le dispositif), le travail de Bpifrance et le label "French tech".

N.G.