BFM Business

Les bourses du Golfe plongent dans la foulée de la chute des prix du pétrole

Les Bourses du Golfe ont plongé à leur ouverture lundi après l'effondrement des cours du pétrole en pleine guerre des prix sur les marchés mondiaux.

Les Bourses du Golfe ont plongé à leur ouverture lundi après l'effondrement des cours du pétrole en pleine guerre des prix sur les marchés mondiaux. - Fayez Nureldine-AFP

Les Bourses du Golfe ont plongé à leur ouverture ce lundi après l'effondrement des cours du pétrole en pleine guerre des prix sur les marchés mondiaux. La Bourse de Ryad (Arabie Saoudite) a chuté de 9,2% à l'ouverture.

L'indice principal de la place du Koweït, Premier Index, a dégringolé de 9,5% et les échanges y ont été suspendus, alors que les marchés à Dubaï ont dévissé de 9,0% et à Abou Dhabi de 7,1%. La Bourse de Ryad a chuté de 9,2% à l'ouverture des marchés.

À la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a chuté de 5,07% à la clôture, plus forte baisse depuis 2 ans.

De même, la Bourse de Sydney s'est effondrée ce lundi, l'indice composite des marchés australiens dévissant de plus de 7% en clôture, signe de la panique des investisseurs face à l'accélération de l'épidémie du coronavirus et au décrochage spectaculaire des cours du pétrole. L'indice S&P/ASX 100, baromètre des marchés australiens, a clos sur un plongeon de 7,33% à 5.760,60 points. Il s'agit de sa pire chute quotidienne depuis octobre 2008 et la crise financière mondiale.

Cette chute boursière, à l'unisson des grandes places asiatiques, a été notamment alimentée par les ventes massives des valeurs énergétiques.

Pendant ce temps là, en effet les cours du pétrole se sont par ailleurs effondrés à l'ouverture des marchés lundi après l'échec de négociations cette semaine entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie sur des réductions de production.

F.B avec AFP