BFM Business

Le vin "made in England" pourrait-il un jour concurrencer le vin français?

La vingtième édition du salon Vinexpo se tiendra à Bordeaux du 13 au 16 mai 2019.

La vingtième édition du salon Vinexpo se tiendra à Bordeaux du 13 au 16 mai 2019. - -

La production de vin a battu tous les records au Royaume-Uni en 2018, en raison d'une météo particulièrement clémente.

Du fait de leur humidité, les terres anglaises ne sont pas connues pour produire un vin de qualité. Pourtant l'année dernière, la production de vin britannique a explosé. Elle s'est avérée dépasser de 50% les attentes, rapporte NBC News. L'association des producteurs de vin de Grande-Bretagne parle même de la "récolte du siècle". 

Dans son communiqué, l'association de professionnels se réjouit de cette récolte jugée "extraordinaire", "à un moment où il y a tant d'incertitudes autour du Brexit". "Avec un volume total d'environ 6 millions de bouteilles l'année dernière, le millésime 2018 devrait être au moins deux fois, voire trois fois plus grand (que celui de 2017)".

En raison d'un printemps chaud et d'un été particulièrement sec et ensoleillé l'année dernière, l'association rapporte que la production a été telle que certains viticulteurs ont été confrontés à un problème de place pour stocker ces rendements inattendus.

Le changement climatique, "une opportunité" pour un ministre britannique

"Les producteurs de tout le pays prévoient une excellente année pour les vins tranquilles anglais, en particulier les vins rouges" poursuivent les viticulteurs britanniques, ajoutant que "les perspectives s(étaient) tout aussi positives pour les producteurs de vin mousseux, tant sur le plan qualitatif que quantitatif".

Depuis 2017, anticipant le Brexit, le gouvernement britannique encourage par ailleurs la consommation de la production nationale. Nusrat Ghani, une députée de Wealden dans le Sussex, avait même proposé dans un projet de loi que les consulats et ambassades servent des bouteilles de vin anglais lors des réceptions.

Ces 30 dernières années, les conditions météorologiques se sont avérées être une source d'opportunités et une calamité pour les viticulteurs anglais. L'année passée, le ministre britannique de l'Environnement Michael Gove, avait lui-même employé le terme d'"opportunité". "La température moyenne dans le sud et le centre-est de l'Angleterre a augmenté d'environ 1.8 degrés ces 50 dernières années", explique Alistair Nesbitt, consultant en viticulture et climatologue.

"Ces températures élevées ne sont pas forcement un motif d'engouement pour les viticulteurs, car les bourgeons éclosant plus tôt, la saison serait à haut risque car elle risquait d'être endommagée par les gelées de mois d'avril et mai". "À cause du changement climatique, le risque d'averses plus sporadiques et violentes pourrait avoir des résultats mitigés à l'avenir".

"Impensable il y a 20 ans"

"Le réchauffement climatique a complètement bouleversé l'industrie anglaise", s'est inquiété auprès de NBC News Chris Foss, le responsable du département des vins du Plumpton College de Lewes, en Angleterre.

L'industrie viticole anglaise est passée d'environ 360 vignobles en 2006 à plus de 500 vignobles en 2019, selon NBCLe nombre d'hectares de vins effervescents plantés a lui augmenté de 150% ces dix dernières années. Avec quatre millions de bouteilles, ils représentent 68% des vins produits sur le sol britannique en 2017. Dans les années 80, les rares vignobles d'Angleterre étaient des producteurs de vin allemands comme le Bacchus, un vin blanc fruité. 

Si les premiers Chardonnay d'Angleterre ont longtemps été imbuvables, il s'agit désormais du type de vignes les plus plantées du pays. Chris Foss assure à NBC que certains viticulteurs vont jusqu'à essayer de cultiver certaines variétés de raisin qui poussent normalement dans des zones plus chaudes, telles que l'Espagne. Ce qui aurait été impensable il y a 20 ans."

Jeanne Bulant