BFM Business

Le salaire minimum varie de 1 à 9 en Europe

Les Smicards français ne sont pas les mieux lotis d'Europe.

Les Smicards français ne sont pas les mieux lotis d'Europe. - MYCHELE DANIAU / AFP

En Europe, les travailleurs payés au salaire minimum à plein temps gagnent neuf fois plus au Luxembourg qu'en Bulgarie. Mais l'écart se resserre, si l'on prend en compte le coût de la vie de chaque pays. Et le salaire minimum allemand, adopté l'an passé, est alors nettement supérieur à celui de la France.

Le SMIC français a tendance à être mal-aimé. Des institutions, comme l'OCDE notamment, ont déjà tiré à boulets rouges sur le salaire minimum tricolore, actuellement à 1.466 euros bruts mensuels. Ce niveau est-il plus élevé que celui de nos voisins européens?

Pas de tous en tout cas lorsque l'on regarde les chiffres de l'agence de statistiques européenne Eurostat, arrêtés au 1er janvier 2016. On constate que le salaire minimum brut dans l'absolu varie de 1 à 9, selon les pays. Les Bulgares sont les moins bien lotis avec 214,75 euros par mois, et à l'inverse les Luxembourgeois, pays où la main d'œuvre est fortement qualifiée, sont ceux qui gagnent le plus avec 1.922 euros mensuels.

La France se situe clairement dans le haut du peloton. Mais il y a néanmoins six pays où le salaire minimum est plus fort. En Allemagne, pays qui a adopté l'équivalent du SMIC l'an dernier, le chiffre est un brin plus élevé à 1.473 euros, soit sept euros de plus par mois qu'en France.

Mais c'est également le cas du Luxembourg, de la Belgique (1.501 euros), des Pays-Bas (1.507 euros), du Royaume-Uni (1.529 euros) et, fait surprenant, de l'Irlande, un pays qui avait été très fortement impacté par la crise, et où ce salaire atteint 1.546 euros.

Salaire minimum dans l'UE

-
- © -

Il faut toutefois rappeler que ces chiffres restent avant tout des données absolues, qui ne tiennent pas compte du coût de la vie de chaque pays. Pour effacer ce problème, Eurostat recalcule le niveau du salaire minimum en utilisant un outil appelé le standard de pouvoir d'achat (SPA). Ce qui permet concrètement d'éliminer les différences de prix entre les pays.

Résultat: cette fois l'Irlande, où le coût de la vie est plus élevé qu'en France, repasse derrière l'Hexagone, avec 1.264 "euros SPA", contre 1.360 euros SPA pour la France. C'est également le cas du Royaume-Uni où le salaire minimum passe de 1.500 euros à 1.133 euros SPA! Il est donc faux d'affirmer que les Smicards français sont moins bien lotis que leurs homologues irlandais ou britanniques.

En revanche, l'écart se creuse fortement avec l'Allemagne. Le salaire minimum allemand en standard de pouvoir d'achat s'élève, en effet, à 1.451 euros SPA, soit presque 100 euros SPA de plus qu'en France. On comprend dès lors pourquoi le patronat allemand craignait que l'entrée en vigueur d'un salaire minimum mine la compétitivité outre-Rhin. Et pourquoi une heure de travail coûte moins cher dans les usines françaises qu'allemandes.

Mais l'Allemagne n'est pas le seul pays où le salaire minimum est plus élevé qu'en France. Les Pays-Bas (1.372 euros SPA), la Belgique (1.381 euros SPA) restent devant ainsi que le Luxembourg (1.596 euros SPA). À noter que l'écart entre les pays les moins et les plus généreux se réduit fortement. Les Bulgares restent les salariés les moins enviables, mais leur salaire mensuel passe à 448 euros SPA. Du coup, un Smicard Luxembourgeois ne gagne "plus que" 5 fois plus qu'un Bulgare.

Salaire minimum en standard de pouvoir d'achat

-
- © -

Un Smic proche du salaire médian

Eurostat montre également que le salaire minimum français est très élevé quand on regarde l'ensemble des salaires tricolores. Le SMIC français représente ainsi 47% du salaire médian. Pour rappel, un salaire médian sépare la population en deux de sorte que la moitié des Français gagne plus que ce salaire, l'autre moitié gagne moins.

En fait, seuls trois pays ont un Smic qui, rapporté à ce salaire médian est plus élevé que la France: la Turquie (50,9%), la Slovénie (53%) et la Grèce (56,4%). "C'est terrible", commente Gilbert Cette, économiste à l'Université d'Aix-Marseille, et auteur avec Philippe Aghion et Elie Cohen de "Changer le modèle", ouvrage très critique vis-à-vis du niveau actuel du SMIC.

"Le problème est que lorsque l'écart entre le SMIC et le salaire médian est faible, les incitations pour se former et passer à l'étape supérieure pour progresser et gagner plus sont atténuées", explique-t-il. De plus, "cela signifie que l'on produit cher des biens pour lesquels on a besoin d'une main d'œuvre peu coûteuse. Cela plombe notre compétitivité", ajoute-t-il.