alstom siemens
 

Le gendarme allemand de la concurrence a de "sérieux doutes" quant à la fusion des deux géants du rail, aux vues des concessions apportées par le français et l'allemand. Bruxelles a jusqu'au 18 février pour approuver ou non le projet d'union.

Votre opinion

Postez un commentaire