BFM Business

Le ralentissement dans les services plombe l'activité en France en janvier

L'usine Toyota de Valenciennes devrait reprendre son activité le 21 avril

L'usine Toyota de Valenciennes devrait reprendre son activité le 21 avril - PHILIPPE HUGUEN - AFP

Le récent durcissement des restrictions destinées à endiguer la pandémie ont entraîné une détérioration de la demande, explique IHS Markit.

En janvier, l'activité privée française est restée en contraction selon le dernier indice PMI d'IHS Markit en version définitive qui passe de 49,5 en décembre à 47,7, soit un plus bas de deux mois. C'est néanmoins un peu mieux que la première estimation du cabinet à 47,0.

"Le durcissement des restrictions liées à la lutte contre le Covid-19 ayant pesé sur l’économie. Si le secteur des services a été le plus sévèrement touché, l’industrie manufacturière n’a pas été épargnée: la production est en effet repartie à la baisse, effaçant ainsi en partie les gains réalisés en décembre. Parallèlement, la contraction du volume des nouvelles affaires s’est accélérée, cette dégradation de la demande s’étant toutefois limitée au secteur des services, les nouvelles commandes ayant au contraire augmenté pour la première fois depuis octobre dans le secteur manufacturier", commente Eliot Kerr, économiste à IHS Markit.

Première croissance de l’emploi depuis près d’un an

C'est en effet bien l'activité dans les services qui marque le plus le pas avec un indice à 47,3. "Ce nouveau repli de l’activité a notamment reflété un retour à la baisse des nouvelles affaires, le récent durcissement des restrictions destinées à endiguer la pandémie de Covid-19 ayant entraîné une détérioration de la demande", explique IHS.

Bonne nouvelle néanmoins, "les prestataires de services français ont renforcé leurs effectifs au cours du mois, l’emploi ayant ainsi progressé pour la première fois depuis février 2020".

Avec un indice composite à 47,7, la France est en parfaite ligne avec la zone euro qui présente un indice de 47,8 contre 49,1 un mois plus tôt. L'Allemagne fait une nouvelle fois la course en tête avec 50,8 mais il s'agit d'un plus bas de 7 mois. L'Irlande ferme le peloton de la zone euro avec un indice de 40,3.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business