BFM Business

Le "quoi qu'il en coûte" a coûté 168 milliards d'euros à l'Etat en 2020

Bercy réfléchit à réaliser des économies sur le versement de certaines allocations.

Bercy réfléchit à réaliser des économies sur le versement de certaines allocations. - Fred Dufour - AFP

Invité sur RTL ce lundi, Bruno Le Maire a révélé que la politique du "quoi qu'il en coûte" a représenté 168 milliards d'euros de dépenses pour l'Etat en 2020. Reste à savoir désormais comment les rembourser.

Pour faire face à la crise économique, l'Etat mène une politique du "quoi qu'il en coûte" et ouvre les vannes. Invité à répondre aux questions des auditeurs RTL ce lundi, Bruno Le Maire a indiqué que les dépenses se chiffraient, pour l'heure, à 168 milliards d'euros.

"En 2020, le "quoi qu’il en coûte" a coûté à l’Etat français 168 milliards d’euros. Une partie est liée aux dépenses pour le fonds de solidarité, les exonérations de charges, l’activité partielle, ce qui représente environ 40 milliards d’euros. Tout le reste est lié aux pertes de recettes de l’Etat", détaille le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance.

Selon Bruno Le Maire, cette politique permet à l'économie de “redémarrer rapidement” car “nous avons protégé les salariés et les entreprises”. “S’il fallait reconstituer des qualifications, des compétences, dans les usines, dans les entreprises, dans les grands magasins, nous perdrions du temps et serions dans une situation économique calamiteuse”, poursuit le ministre.

Qui va rembourser la dette Covid?

Reste à savoir désormais comment rembourser ce trou dans le portefeuille de l'Etat. Pour cela, le gouvernement a établi un plan en trois actes pour "rembourser sans brutalité, les dépenses qui ont été consacrées à la crise économique en 2020".

Le premier pilier est "la reprise de l’activité économique". "C’est pour cela que nous mettons tant de charbon dans la machine du plan de relance", affirme Bruno Le Maire. Ensuite, il faudra "examiner la situation de nos dépenses publiques" et "voir celles qui sont efficaces, celles qui le sont moins".

Pour Bercy, il faut "une meilleure gestion des finances publiques grâce à des budgets pluriannuels". "J’ai proposé que l’on adopte les budgets de la France pour cinq ans, et pas seulement pour une année, afin que l’on sache exactement ce que l’on va dépenser ou non", détaille le ministre.

Enfin, la troisième la solution est "la poursuite de transformations structurelles comme la réforme des retraites, que j’estime nécessaire dans notre pays", conclut Bruno Le Maire.

Autre piste évoquée par le ministre en mars: utiliser les recettes de l'impôt sur les sociétés pour rembourser la dette Covid. Bruno Le Maire avait alors affirmé que les entreprises rendraient ainsi la pareille à l'Etat qui les a soutenues financièrement pendant la crise.

La crise sanitaire a fait bondir la dette publique à environ 120% du produit intérieur brut (PIB) l'an dernier, générant 215 milliards d'euros supplémentaires d'endettement public.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech