BFM Business

Le petit coup de pouce du TGV aux marges des entreprises

Le TGV a permis de faciliter les décisions d'investissement entre sites

Le TGV a permis de faciliter les décisions d'investissement entre sites - Philippe Huguen - AFP

Une étude de l'Insee publiée ce lundi 6 février montre que le développement des lignes à grande vitesse a permis d'augmenter le taux de marge de certaines entreprises de 0,6% à 1,9%, en améliorant leur productivité.

On a tendance à l'oublier mais en 1980 il fallait plus de 6h30 pour aller de Paris à Marseille en train, contre moins de 3h aujourd'hui. En plus de rapprocher les Français, le TGV a aussi permis aux différents salariés d'une entreprise de se déplacer plus facilement d'un site à l'autre.

Dans une étude publiée ce lundi 6 février, l'Insee tente ainsi de quantifier l'impact économique du développement du réseau à grande vitesse sur les entreprises depuis 1980.

De fait, le TGV ne peut bénéficier qu'aux sociétés qui ont différentes implantations dans le territoire (ou éventuellement une implantation et un siège à l'étranger accessible en train). L'Insee considère ainsi qu'en 2011, "40% des sites de production des groupes à implantations multiples bénéficiaient du TGV sur au moins une partie du trajet vers le quartier général".

Une hausse du taux de marge

Pour ces entreprises impactées (dont l'Insee ne donne pas le nombre), "le TGV est susceptible de simplifier la coordination de leurs activités et de rendre plus efficaces les décisions d'investissement dans les différents sites", écrit l'institut. Ce dernier rappelle que "les décisions stratégiques les plus importantes peuvent ainsi nécessiter des interactions en face à face", notamment entre les responsables des budgets, souvent basés au siège, et les managers locaux "qui connaissent mieux le marché".

En facilitant ainsi les allers-retours entre les différents sites pour les cols blancs, le TGV a donc permis d'augmenter la productivité des entreprises, et, in fine, leur rentabilité. Le réseau TGV, estime l'institut, permet donc de gonfler de 0,6 à 1,9 point le taux de marge des entreprises selon le secteur (voir encadré).

L'Insee précise au passage que d'autres effets, non quantifiés, peuvent jouer. Ainsi, "le TGV a pu augmenter la capacité des entreprises à trouver des fournisseurs ou des investisseurs" et a également "facilité la prospection de clients". Enfin "le TGV a pu affecter de façon importante le volume d'activité en dynamisant la demande, notamment dans le secteur du tourisme", écrit l'institut.

Par ailleurs, l'Insee fait également remarquer que le développement du TGV a permis aux entreprises impactées de restructurer leurs effectifs. En clair, elles ont diminué la part des managers (de -1,7% à -0,3% selon les secteurs) pour augmenter celle des équipes dédiées à la production (+1,1 à 3%).

L'impact sur les marges selon les secteurs

Industrie manufacturière : +0,6% (taux moyen: 30%)

Services aux particuliers: +0,8% (taux moyen: 32,1%)

Commerce: +0,8% (taux moyen 31,4%)

Services aux entreprises: +0,7% (taux moyen: 24,5%)

Transports: +1,9% (taux moyen: 24,1%)

Julien Marion