BFM Business

Le Medef plaide en faveur d'un "nouveau Bretton Woods"

Bernard Spitz, président du Pôle international et Europe du Medef.

Bernard Spitz, président du Pôle international et Europe du Medef. - LUDOVIC MARIN / AFP

Face à la crise sanitaire, l'organisation patronale a plaidé pour un nouveau "Bretton Woods", cette charte internationale adoptée en 1944 qui avait lancé un nouvel ordre économique mondial.

Face à la pandémie de coronavirus qui a terrassé l'économie de la planète, le Mouvement des entreprises de France (Medef) a plaidé mardi en Italie pour un nouveau "Bretton Woods" afin de redessiner l'ordre économique mondial. "Nous pensons qu'il est possible de redéfinir la gouvernance internationale dans un nouveau Bretton Woods du XXIe siècle pour répondre aux vrais enjeux de notre temps", a déclaré Bernard Spitz, président du Pôle international et Europe du Medef, lors d'un Forum interreligieux du G20 à Bologne (nord).

Il faut "convaincre les dirigeants du G20 d'agir maintenant pour un développement plus inclusif et durable, pour un monde meilleur", a-t-il lancé à l'adresse des chefs d'Etat et de gouvernement des pays les plus riches du monde qui se réuniront les 30 et 31 octobre à Rome. "En 1944, les futurs vainqueurs de la guerre se sont réunis à Bretton Woods pour planifier un système de gouvernance financière mondiale qui devait empêcher la répétition des crises des années 1920 et 1930", a relevé Bernard Spitz.

Bénéfices de la croissance

"Aucune mention n'a alors été faite de la dimension sociale. On partait du principe que la prospérité de certains signifierait, à terme, une prospérité au moins modeste pour tous", a-t-il poursuivi. Désormais, il faudra aussi intégrer le volet social, a-t-il souligné, avant de rappeler une déclaration commune signée par le patronat et des syndicats en 2019 indiquant que "l'économie mondiale ne peut être inclusive et durable si elle exclut une grande partie de la population des bénéfices de la croissance".

"Le G20 italien ne sera pas un sommet de routine. Il devra être à la hauteur" pour "aborder la situation mondiale", a estimé Bernard Spitz. La bourgade américaine de Bretton Woods (New Hampshire) a donné son nom à une charte internationale adoptée le 22 juillet 1944 qui avait lancé un nouvel ordre économique mondial de l'après-guerre pour favoriser la reconstruction.

J. Br. avec AFP