BFM Business

Le lent déclin de l'industrie dans l'économie française

L'industrie manufacturière a vu son poids divisé par deux en 40 ans

L'industrie manufacturière a vu son poids divisé par deux en 40 ans - Rémy Gabalda - AFP

"En l'espace de 40 ans, le poids de l'industrie française dans l'économie a été divisé par deux, révèle une étude de l'Insee publiée ce mardi 26 avril. La concurrence étrangère mais aussi l'externalisation de certaines activités vers les services expliquent ce recul."

C'est un chiffre qui est un brin trompeur. Entre 1970 et 2014, la valeur ajoutée de l'industrie manufacturière (c'est-à-dire quasiment la totalité de l'industrie tricolore) a été mutipliée par 8,6 pour atteindre 213,8 milliards d'euros, selon une étude de l'Insee publiée ce mardi 26 avril.

Mais il ne faut surtout pas voir ce chiffre comme le signe de la vitalité des usines hexagonales. Car, sur la même période, l'économie française (mesurée par la valeur ajoutée) a, elle, été multipliée par 17.

Ainsi, en 40 ans, l'industrie manufacturière a vu son poids dans l'économie tricolore se déliter doucement au point qu'aujourd'hui, il est deux fois inférieur à ce qu'il était dans les années 70 (11,2% de la valeur ajoutée en 2014 contre 22,3% en 1970). À l'inverse, les services ont vu leur part dans la valeur ajoutée passer de 31,7% à 45,4%.

-
- © -

Certes, la principale cause du recul de l'industrie est mécanique: les prix. L'ensemble des biens et services produits par l'économie française ont vu leurs tarifs progresser plus fortement en 40 ans (+4,4%) que ceux des biens de l'industrie manufacturière (+3,2%).

Délocalisation et externalisation

Mais d'autres raisons expliquent son déclin. L'Insee note que l'industrie manufacturière a de plus en plus externalisé ses activités vers les services, phénomène qui a connu son apogée dans les années 90 et s'est atténué depuis les années 2000.

Ensuite, les entreprises françaises ont dû faire face à une concurrence qui a gagné en férocité. "Dans le contexte de mondialisation des échanges internationaux, les importations de produits manufacturés ont fortement progressé", note l'Insee. L'institut de conjoncture souligne que cette hausse des importations est aussi liée aux délocalisations des industriels. De 1970 à 2014, la production manufacturière françaises a progressé de 5,2% quand les importations ont elle augmenté de plus de 8%. Du coup, l'Insee relève qu'en 40 ans "une substitution entre les biens importés et les biens produits en France" s'est opérée.

Enfin, "la structure de la demande" a changé au profit des services et au détriment de l'industrie. En clair, depuis 40 ans, les ménages ont tendance à préféré utiliser leurs ressources financières pour aller chez le coiffeur ou se payer des vacances plutôt que pour acheter des biens de consommation.

J.M.