BFM Business

Le hit-parade des secteurs où les salariés sont le mieux lotis

Outre les salaires, le coût du travail comprend aussi les charges sociales où les dépenses liées à la formation des salariés.

Outre les salaires, le coût du travail comprend aussi les charges sociales où les dépenses liées à la formation des salariés. - BFM Business

Où les employeurs dépensent-ils le plus en moyenne pour faire tourner leurs entreprises? Réponse: dans la finance et l'énergie, selon l'étude de l'Insee sur le coût de la main d'œuvre pour 2012.

33,7 euros. Voilà en moyenne ce que coûtait une heure de travail à un employeur en 2012 dans les entreprises de plus de 10 personnes, selon l'étude de l'Insee sur le coût de la main d'œuvre en France publiée ce mardi 28 septembre.

Ce montant regroupe les salaires (environ les deux-tiers du coût), les cotisations sociales (30%) ainsi que des coûts annexes (impôts sur les salaires, dépenses de formation, etc…).

Mais ce chiffre de 33,7 euros reste une moyenne et cache ainsi d'importantes disparités. Outre le fait qu'il est un peu plus élevé dans le privé (34,3 euros), le coût du travail est très différent selon les secteurs d'activité. Le contraste est ainsi saisissant: là où un groupe financier débourse 52,8 euros par heure pour employer un salarié, une entreprise dans le secteur de la restauration et de l'hébergement y consacre 2,5 fois moins d'argent (22,5 euros).

De fait, le coût du travail dépasse les 40 euros par heure dans quatre secteurs: la production et la distribution d'électricité et de gaz (55,3 euros par heure), la finance-assurance (52,8 euros donc), l'information-communication (45,7 euros) et les activités scientifiques et techniques (44,3 euros), qui regroupent en fait aussi bien les ingénieurs et chercheurs que les experts-comptables.

La taille compte

Plusieurs raisons expliquent ces différences. L'une d'entre elle tient notamment à la proportion de cadres qu'un secteur emploie. Plus cette proportion est élevée, plus le coût de la main d'œuvre est cher. L'Insee estime ainsi que 1% de cadre en plus équivaut à un coût du travail plus élevé de 0,65%. "A l'inverse, les établissements employant davantage de salariés, d'ouvriers ou de femmes (dont les postes sont souvent moins rémunérateurs) ont des coûts horaires moyens plus bas", ajoute l'Insee. 

L'institut souligne également l'importance d'un facteur: la taille de l'entreprise. Plus celle-ci est grande, plus le coût a tendance à être élevé. Logique, à partir du seuil de 50 salariés, l'employeur est tenu de respecter certaines obligations comme verser une contribution au comité d'entreprise.

"Par ailleurs, plus une entreprise est grande, plus elle est susceptible de proposer à ses salariés des compléments de rémunération (intéressement, abondement à des plans d'épargne entreprise), des avantages en nature, une couverture complémentaire santé ou un dispositif de retraite facultatif. Ces compléments peuvent représenter une part significative du coût", complète l'Insee.

Ce qui est particulièrement vrai pour la finance et l'énergie, des secteurs qui "concentrent les plus grandes entreprises" et qui se situent dans le haut du palmarès en termes de coût horaire. A l'opposé, la construction et l'hébergement-restauration, qui sont principalement constitués de petites entreprises, arrivent en queue de peloton.

J.M.