BFM Business

Laurent Pietraszewski: "ne gâchons pas nos efforts en passant trop vite au présentiel total"

Invité de BFM Business, le Secrétaire d'État chargé des Retraites et de la Santé au travail plaide pour un retour très progressif au travail.

À peine un mois avant l'assouplissement des règles sur le télétravail, le gouvernement craint une précipitation. Invité de BFM Business, le secrétaire d'État auprès de la ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, chargé des Retraites et de la Santé au travail Laurent Pietraszewski enjoint à "ne pas gâcher nos efforts en passant trop vite au présentiel total".

Si les entreprises pourront négocier les nouvelles règles du télétravail avec leurs salariés à partir du 9 juin, Laurent Pietraszewski craint de voir ces derniers retourner trop vite sur leur lieu de travail.

"Ne gâchons pas tout le travail que nous avons fait en recréant trop rapidement des conditions de proximité sociale", enjoint-il.

Pour autant, le secrétaire d'État reconnaît la souffrance psychologique qui peut résulter de l'isolement causé par le télétravail.

"Ce n'est pas parce qu'on est à distance que l'on a pas la responsabilité d'entretenir des liens individuels, déclare-t-il. Là-dessus, la médecine du travail a un rôle à jouer."

Se faire vacciner au travail

Un rôle d'autant plus important que les services de santé au travail sont également chargés d'accélérer la campagne vaccinale. Ils vont recevoir pour cela 100.000 doses supplémentaires du vaccin AstraZeneca, destinées les salariés. Pour Laurent Pietraszewski , il s'agit de multiplier les options.

"La vaccination n'est pas obligatoire. Mais la responsabilité du gouvernement, c'est de proposer le plus de possibilités de se faire vacciner", explique-t-il.

Le secrétaire d'État espère que les salariés seront plus à même de se faire vacciner sur leur lieu de travail. "La médecine du travail est un tiers de confiance", enjoint-il.

Samuel Kahn