BFM Eco

La réforme vous incitera à travailler plus longtemps: à quel âge allez-vous partir à la retraite?

L'âge légal reste à 62 ans, mais la réforme incitera à atteindre l'age d'équilibre de 65 ans

L'âge légal reste à 62 ans, mais la réforme incitera à atteindre l'age d'équilibre de 65 ans - Philippe Huguen - AFP

La réforme va inciter les assurés à prolonger leur activité au-delà de l'âge minimal de départ à 62 ans avec la création d’un âge d’équilibre. Ceux qui iront au-delà gagneront plus. A quel âge allez-vous partir à la retraite?

Avec la réforme, les salariés vont-ils devoir travailler plus pour toucher une retraite à taux plein? L'étude d'impact rendue publique aujourd'hui apporte des réponses à cette question qui, avec la valeur du point, est l'une des plus sensibles, comme l'a montré l'annonce de l'age d'équilibre à 64 ans dès la génération 1963.

Le gouvernement est revenu sur cette décision d'une manière plutôt habile. L'age légal reste à 62 ans, mais "les assurés seront, comme aujourd’hui avec le mécanisme de durée d’assurance, incités à prolonger leur activité au-delà de cet âge minimal avec la création d’un âge d’équilibre".

L'âge d'équilibre n'est pas encore connu. Il sera fixé à l'entrée en vigueur du système, par l’instance de gouvernance qui doit être créée. En attendant pour réaliser cette étude d'impact, le gouvernement est partie d'une hypothèse de travail et l'a fixé à 65 ans pour la génération née en 1975 (la première concernée par cette réforme).

Dans cette simulation, il augmente ensuite d'un mois par génération, "pour tenir compte des gains d’espérance de vie projetés par l’Insee", précise le document. En clair, dans ces projections, l'âge d'équilibre est de 65 ans pour la génération 75, mais de 67 ans pour celle née en 1989.

L'âge de départ sans malus dépendra de la date de naissance

A l'inverse du système actuel qui peut conduire ceux qui n'ont pas assez cotisé (43 annuités) à travailler actuellement jusqu'à 67 ans, "il ne dépendra plus de la durée d’assurance, mais uniquement de la date de naissance".

"Cet âge, purement conventionnel, correspond à l’âge de départ au temps plein pour une personne ayant débutée son activité professionnelle à 22 ans, soit l’âge moyen de début de carrière aujourd’hui, et validant 43 années de cotisation sans interruption de carrière, soit la durée exigée pour le taux plein pour la génération née en 1975 (réforme de 2014)".

Ainsi, "les assurés aux carrières courtes (inférieures à 120 trimestres) et ayant liquidé au titre de l’inaptitude ou de l’invalidité, qui représentent 10 % des assurés, verront leur pension globale augmenter de 20 à 36 % selon la génération", précise le rapport.

Dans ce système universel de retraite, "environ un tiers des assurés pourra partir plus tôt", précise l'étude d'impact. 

Par exemple, selon les projections du modèle utilisé par le gouvernement, "30 % des assurés de la génération 1981 avanceraient ainsi leur départ en retraite d’un an et demi en moyenne avec la réforme", quand 20% reculeraient cet âge.

Décalage de l'âge de départ en raison de la réforme par génération
Décalage de l'âge de départ en raison de la réforme par génération © Etude d'impact

Cette nouvelle règle peut satisfaire ceux qui sont entrés tard dans la vie professionnelle ou qui n'ont pu cotiser suffisamment à cause de coupures, qu'elles soient liées à des impératifs familiaux ou à des période d'inactivité. Toutefois, elle aura des conséquences avec la mise en place d'un système de bonus-malus lié à l'âge d'équilibre.

Un salarié qui prendra sa retraite avant cet âge verra la valeur de son point diminuer de 5% par année. S'il désire partir à 62 ans, le malus sera donc de 15%, s'il doit atteindre 65 ans. De plus, en partant plus tôt, ils bénéficieront aussi de moins de points puisqu'ils n'auront pas cotisé totalement, ce qui pourrait être plus impactant que le système actuel.

Age moyen de départ à la retraite avant et après la réforme
Age moyen de départ à la retraite avant et après la réforme © Rapport "Etude d'impact"

A l'inverse, le système récompensera ceux qui travailleront au delà de l'âge d'équilibre. En travaillant plus ils gagneront plus car au-delà de l'âge d'équilibre, ils bénéficieront d'un bonus de 5% par an et de points supplémentaires.

Selon les projections statistiques du gouvernement, le système universel fera passer, par exemple pour la génération 90, l'âge moyen de départ à 64 ans et 10 mois contre 64 ans et 5 mois dans le système actuel. 

Le rapport ajoute aussi que "l’âge de départ augmenterait toutefois moins rapidement que l’espérance de vie, permettant de continuer à augmenter la durée passée en retraite pour les générations les plus jeunes", comme le montre ce graphique de prévisions: 

graph60.JPG
graph60.JPG © -
Pascal Samama