BFM Business
Economie

La France va livrer six canons Caesar additionnels à l'Ukraine

Un canon Caesar en action en Irak en 2018.

Un canon Caesar en action en Irak en 2018. - US Army

Le chef de l'Etat annonce à Kiev la livraison prochaine de six nouveaux canons Ceaser, une arme d'artillerie de pointe, après les 12 déjà livrés depuis le début du conflit.

"L'Europe est à vos cotes, elle le restera autant qu'il faut faudra, jusqu'à la victoire." Lors de sa conférence de presse à Kiev, le président français a assuré son hôte que la coopération militaire entre la France et l'Ukraine allait se renforcer.

"Au-delà des 12 Caesar déjà livrés j'ai pris la décision que dans les prochaines semaines six Caesar additionnels (seront livrés)", a ainsi confirmé le chef de l'Etat qui aussi promis la "fourniture prochaine d'un laboratoire mobile d'ananlyses ADN."

Ces canons devraient être prélevés sur le stock de l'armée de Terre française qui ne disposera plus que de 64 de ces armes de guerre de pointe.

Produits dans les usines Nexter Systems à Bourges, ces canons nécessitent 450 heures de travail chacun. Le site en produit un peu moins d'une centaine par an de ces pièces d'artillerie.

7 millions d'euros pièce

D'un coût unitaire de près de 7 millions d'euros, ces canons de 155 mm rencontrent un grand succès à l'exportation. Une dizaine de pays dont la Belgique, la République Tchèque, lz Danemark ou encore la Lituanie ont déjà passé commande.

Au 113ème jour du conflit, les affrontements se poursuivent dans l'est du pays, notamment à Sievierodonetsk dans le Donbass que l'armée ukrainienne tente de reprendre aux Russes. Les armes d'artillerie mobiles de précision sont très prisées par les Ukrainiens qui ont filmé l'utilisation des canons Caesar français mercredi dernier sur des positions russes.

Ces canons ont une portée d'environ 40 km et peuvent tirer jusqu'à six projectiles par minute. Intégré à un camion tout-terrain, ils peuvent être déplacés très rapidement, ce qui évite des tirs de contre-batterie. Les canons sont des cibles privilégiés dans les conflits armés.

"Ce système est principalement très maniable et mobile, a commenté à l'AFP un commandant ukrainien surnommé "Glib". C'est un facteur très important dans une guerre contemporaine comme celle-ci", explique-t-il, opposant les Caesar "aux vieux systèmes ukrainiens non mobiles."
"Grâce à cette arme, nous gagnons beaucoup de temps, de sorte que l'ennemi ne peut pas nous attaquer ni riposter rapidement", se félicite-t-il. 
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi avec AFP Journaliste BFM Éco