BFM Business

La France a créé près de 200.000 emplois en 2016

L'emploi a surtout redémarré dans le tertiaire et l'intérim

L'emploi a surtout redémarré dans le tertiaire et l'intérim - Philippe Huguen - AFP

Les créations de postes dans le secteur marchand se sont élevées à 191.700 l'an passé. C'est le meilleur chiffre depuis 2007. Néanmoins, la France continue de détruire des emplois dans l'industrie.

L'essai est désormais transformé. Après avoir recommencé à créer des emplois en 2015, l'économie française a fait encore mieux en 2016, avec 191.700 postes dans le secteur marchand (contre 99.000 en 2015).

Il s'agit tout simplement du meilleur chiffre depuis 2007, la dernière année avant la crise économique et financière. Pour autant, l'économie française a continué de détruire des emplois dans l'industrie (-23.200) et la construction (-5.700). En fait, seul le tertiaire est bien orienté, a fortiori dans l'intérim (+6% des effectifs par rapport à l'an passé). Si l'on ne tient pas compte de l'intérim, le nombre d'emplois marchands a progressé de 122.400 postes l'an passé.

Des gains de productivité plus faibles

La France a néanmoins réussi la prouesse de créer bien plus d'emplois l'an passé qu'en 2015 alors que la croissance s'est révélée plus faible (1,1% contre 1,2%). En fait, les économistes ont constaté que les entreprises créaient désormais des emplois même quand la croissance était inférieure à 1%. "Avec 1,2% de croissance on crée 1% d'emplois en plus alors que dans les années 2000 il fallait 3% de croissance pour augmenter l'emploi de 1,5%", expliquait en décembre, à BFMbusiness.com, Dorian Roucher, chef de la division synthèse conjoncturelle à l'Insee.

Ce changement tient à l'évolution des gains de productivité. Globalement plus les entreprises parviennent à réduire leurs coûts de production, moins elles ont besoin de recruter pour faire face à un surcroît de demande. Il faut donc plus de croissance pour entraîner des créations d'emplois. Mais, si le coût du travail évolue à la baisse, elles sont moins incitées à investir dans des outils de production améliorant la productivité.

C'est ce qu'on constate, plus fortement depuis le début 2016, avec la politique de baisse du coût du travail sur les bas salaires engagée par François Hollande. A court terme, cela préserve l'emploi, mais à long terme, la croissance est handicapée.

Julien Marion