BFM Business

La Défense, quatrième quartier d'affaires le plus attractif au monde

La Défense jouit de certains atouts

La Défense jouit de certains atouts - Ana Paula Hirama - Wikimedia Commons - CC

Le célèbre quartier d'affaires de Paris est devancé par la City de Londres, le Midtown de Manhattan et le quartier Marunouchi de Tokyo, selon un baromètre établi par le cabinet EY.

Du côté de Bercy, on a sûrement sabré le champagne lundi soir. À l'issue d'un vote organisé à Bruxelles, Paris a été retenue pour accueillir l'ABE (l'autorité bancaire européenne), le gendarme européen des banques, contraint de trouver une autre ville d'accueil que Londres en raison du Brexit.

Le président Emmanuel Macron et la maire Anne Hidalgo y ont vu une preuve de l'attractivité de la métropole parisienne. L'étude publiée ce mercredi 22 novembre par EY a également de quoi les réjouir.

Le cabinet britannique a en effet établi un baromètre de l'attractivité des quartiers d'affaires mondiaux. 17 d'entre eux ont ainsi été passés au crible. Résultat: la Défense arrive à une remarquable quatrième place, étant devancée par la City de Londres, le quartier Midtown de New York et Marunouchi, à Tokyo.

"L'écart avec la City de Londres, qui est vraiment un hub économique international, est un peu significatif. Mais la Défense a plutôt tendance à talonner le trio de tête, en particulier Tokyo", analyse Vincent Raufast, senior manager chez EY.

Polyvalence et régularité

La Défense arrive notamment devant les quartiers d'affaires de Singapour, Chicago et Francfort. "Cette bonne performance est clairement due à la régularité de La Défense. À l'exception de quelques indicateurs qui font plus ou moins mal, elle est polyvalente. Elle n'excelle dans aucun domaine mais n'est mauvaise dans aucun, là où ses concurrents ont de vraies forces et faiblesses différenciantes", résume Vincent Raufast.

En effet, sur les cinq critères principaux pris en compte par l'étude (capacité à attirer des talents, qualité de vie urbaine, proximité des marchés et des clients, influence locale et mondiale, offre immobilière), Paris se classe toujours entre la septième et la deuxième place.

En comparaison avec les autres quartiers d'affaires, sa force la plus visible reste son dynamisme immobilier (où elle se classe deuxième derrière Singapour). Là où les villes américaines et, dans une moindre mesure Londres, pâtissent d'un manque de foncier et d'un faible renouvellement des tours, la Défense mène "une politique volontariste de renouvellement de son parc immobilier tertiaire" et possède d'importantes surfaces commercialisées (275.000 m² en 2016), note EY. Avec 23 hectares disponibles, elle bénéficie en plus de marges pour agrandir son parc.

Des faiblesses

Autre atout de la Défense: son "influence mondiale", c'est-à-dire sa force "à générer un flux d'activité économique et à se placer au cœur des décisions stratégiques qui structurent l'économie mondiale". En ce sens, le quartier bénéficie du rayonnement de Paris qui attire les institutions internationales (7 en Île-de-France, 2 à Londres et New York), les touristes internationaux (18 millions, 2e derrière Londres avec 20 millions) mais aussi les sièges de très grandes entreprises (27 sièges de sociétés du Fortune Global 500, contre 17 à New York et 16 à Londres). On peut également citer la qualité des transports et son important taux de diplômés du supérieur (46% à Paris soit presque autant que New York).

A contrario, la Défense s'en sort moins bien sur "la qualité de vie urbaine", c'est-à-dire notamment les services culturels et de loisirs offerts. "L'offre de services de La Défense n'est pas mauvaise mais elle est encore en train de se développer alors que la concurrence est vraiment forte au niveau mondial. À Chicago, le quartier d'affaires devient un véritable lieu de vie", commente Vincent Raufast.

Par ailleurs, "la bonne performance de La Défense reste pénalisée par un environnement des affaires nationales qui souffrent encore de handicaps stratégiques comme le coût du travail, la fiscalité, ou le manque de flexibilité de la législation sociale", complète-t-il.

-
- © -
Julien Marion