BFM Business

La croissance nettement plus faible que prévu en 2016

Malgré une accélération lors du dernier trimestre, la hausse du PIB français s'est établie à 1,1% l'an passé. Le gouvernement, lui, tablait sur une croissance de 1,4%.

Mauvaise nouvelle pour les comptes publics. Malgré une accélération au quatrième trimestre, où elle s'est établie à 0,4%, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) a atteint 1,1% en France en 2016, a annoncé l'Insee ce mardi.

Ce chiffre est nettement inférieur aux prévisions du gouvernement, qui tablait sur une progression de 1,4% du PIB sur l'ensemble de l'année. En 2015, la croissance s'était établie à 1,2%.

L'investissement des entreprises en forte hausse

En revanche, la consommation des ménages comme l'investissement des entreprises ont augmenté en France en 2016, avec une accélération sensible au quatrième trimestre.

Au total, la consommation des ménages a augmenté de 1,8% sur un an (+0,6% au quatrième trimestre) et l'investissement des entreprises de 4,3% (+1,3% au quatrième trimestre), a précisé l'Insee.

Michel Sapin, de son côté, a estimé que ces chiffre témoignait d'une activité "dynamique" et "aura permis de faire reculer le chômage". "C'est le signe d'une reprise qui s'installe durablement", a ajouté le ministre de l'Économie et des Finances , dans une réaction transmise à l'AFP. 

Perspectives favorables pour 2017

Selon l'Insee, cette dynamique devrait se poursuivre en 2017. L'organisme public prévoit ainsi une croissance de 0,3%, puis de 0,4% aux premier et deuxième trimestres 2017, grâce notamment à la bonne tenue des exportations.

Le taux de chômage devrait pour sa part légèrement reculer, pour atteindre à la mi-2017 9,5% de la population active en métropole et 9,8% avec l'outremer, grâce à un nombre d'emplois créés suffisant pour absorber la hausse de la population active.

Y.D. avec AFP