BFM Business

La croissance chinoise marque encore le pas

La Chine accélère ses investissements dans les infrastructures ferroviaires pour tenir son objectif de croissance.

La Chine accélère ses investissements dans les infrastructures ferroviaires pour tenir son objectif de croissance. - -

Le PIB chinois a continué de ralentir nettement au premier trimestre 2014 comparé au dernier trimestre 2013. Une croissance de 7,4% en rythme annuel, c'est son plus bas niveau depuis 18 mois.

7,4% de croissance, un taux qui fait rêver nos contrées européennes. Mais pour le géant chinois, c'est une déception. Selon les statistiques publiées ce mercredi 16 avril par le bureau national, l'évolution du PIB du pays au premier trimestre 2013 a été la plus faible depuis 18 mois.

Le ralentissement est net après les 7,7% atteints au dernier trimestre 2013. Les analystes s'attendaient à pire: ils tablaient sur une croissance limitée à 7,3%, ce qui aurait constitué son rythme le plus faible depuis cinq ans.

Le prix à payer pour les réformes

"Même si la croissance économique a ralenti au premier trimestre, elle se maintient dans une fourchette raisonnable", a commenté le porte-parole du Bureau national des statistiques, Sheng Laiyun, en imputant le ralentissement au "prix à payer pour les réformes structurelles" lancées par Pékin pour rééquilibrer son économie.

Les autorités chinoises se sont fixées un objectif de croissance de 7,5% cette année. Pour y parvenir, Pékin a pris quelques mesures, comme des baisses d'impôts pour les petites entreprises et l'accélération des investissements dans des projets ferroviaires.

Les économistes sont partagés sur les conclusions à tirer de ce ralentissement, les uns estimant que la croissance s'est stabilisée et que le gouvernement ne devrait pas modifier sa politique monétaire, les autres tablant en revanche sur un assouplissement imminent.

N.G. avec agences