BFM Business

La Chine dévoile un nouveau prototype de train à sustentation magnétique: 620 km/h annoncés!

Le prototype du nouveau Maglev chinois

Le prototype du nouveau Maglev chinois - AFP

La Chine affiche ses ambitions dans les trains à grande vitesse de prochaine génération, les "Maglev", domaine pour le moment dominé par le Japon.

L'industrie ferroviaire innove sans cesse. L'hydrogène commence à devenir une réalité pour alimenter les trains classiques et dans le domaine des trains à grande vitesse, la prochaine révolution se nomme sustentation magnétique ou Maglev.

Cette innovation technologique a pour objectif de faire disparaître les roues des rames et donc les frottements sur les rails (source de perte d'énergie) en les remplaçant par l'utilisation des forces magnétiques.

Schématiquement, cette technologie repose sur la supraconductivité avec l'utilisation sur les trains d'aimants supraconducteurs et d'éléctromaimants sur les voie. Lorsque le train se déplace, un courant est induit dans la voie et la force résultante fait léviter le train (100 millimètres environ). En l'absence de frottement, les vitesses théoriques de ces trains sont hallucinantes supériueures à 400/500 km/h.

Compétition féroce

Dans ce domaine, le Japon et la Chine mènent une compétition féroce. En 2004, la Chine se distingue et met en service un Maglev entre le centre-ville de Shangai et son aéroport, avec une vitesse maximale de 431 km/h.

Un an plus tard, le Japon ouvre une petite ligne de 9 kimomètres à sustentation magnétique mais avec un train roulant seulement à 100 km/h.

En 2015, le Japon bat son concurrent avec un train magnétique lancé à 603 km/h (un record du monde) et poursuit les travaux de construction d'une ligne Chuo Shinkansen qui devrait relier Tokyo et Nagoya d’ici 2027. Les trains Maglev rouleront à une vitesse maximale de 505 km/h.

Chuo Shinkansen
Chuo Shinkansen © Japan Railways

800 km/h: vitesse maximale théorique

Mais en ce début d'année, la Chine reprend la pôle position en dévoilant un nouveau prototype de train qui roulerait en vitesse de croisière à 620 km/h pour une vitesse maximale de 800 km/h!

Le prototype du nouveau Maglev chinois
Le prototype du nouveau Maglev chinois © AFP

Surtout, ces concepteurs (une équipe de scientifiques de l'université Jiaotong dans la province du Sichuan) promettent un coût de fabrication moins élevé que le trains précédents ou le Chuo Shinkansen japonais. Comment? Par l'utilisation de l'azote liquide au lieu de l'hélium liquide.

"Nous atteignons la superconductivité à une température légèrement plus haute. Mais le coût est cinquante fois moindre", explique un de ses concepteurs. Mieux, le train pourrait "léviter" même à l'arrêt contrairement au train nippon et serait bien plus léger que son concurrent grâce à l'utilisation de la fibre de carbone pour les rames.

Evidemment, il reste encore beaucoup de travail avant une éventuelle exploitation commerciale de ce train. Mais ses concepteurs avancent une date: 2027, soit la même année que l'entrée en service du Chuo Shinkansen entre Tokyo et Nagoya...

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business