BFM Business

Jean Castex appelle à "accélérer le déploiement du plan de relance"

Le Premier ministre Jean Castex le 28 avril 2021 à Paris, à l'issue du Conseil des ministres.

Le Premier ministre Jean Castex le 28 avril 2021 à Paris, à l'issue du Conseil des ministres. - GONZALO FUENTES © 2019 AFP

Le Premier ministre a appelé à adapter le plan de relance aux "réalités économiques qui évoluent" pour assurer une croissance "vigoureuse".

À Corbeil-Essonnes (Essonne), où il a visité samedi deux entreprises ayant bénéficié d'aide financière en pleine pandémie, le Premier ministre Jean Castex a appelé à "accélérer le déploiement du plan de relance" pour assurer une croissance "vigoureuse" lors de la reprise. Jean Castex a en particulier choisi de revenir sur le site de X-Fab, entreprise qu'il avait visitée il y a un an "jour pour jour" lors de sa première sortie officielle en tant que Premier ministre. "C'est pour illustrer (...) l'une de nos volontés premières : assurer le suivi de l'exécution de ce qu'on fait", a-t-il expliqué.

"Dans l'accompagnement de la reprise, nous devons être aussi performants que nous l'avons été dans l'accompagnement de la crise", a-t-il encore affirmé, aux côtés d'Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation. En septembre dernier, le gouvernement a lancé un plan de relance de cent milliards d'euros. L'usine X-Fab, qui se présente comme l'un des leaders mondiaux des semi-conducteurs, a bénéficié de cinq millions.

Samedi, Jean Castex a appelé à "accélérer le déploiement du plan de relance", en l'adaptant aux "réalités économiques qui évoluent". Depuis un an, "la situation a complètement changé, on n'est plus dans une crise sociale mais industrielle", a abondé Jocelyne Wasselin, directrice générale de X-Fab. "On n'a pas assez de capacité aujourd'hui pour faire face à une demande tirée (notamment) par l'électrification des voitures qui va plus vite que prévu", a-t-elle expliqué, relevant notamment la difficulté d'"embaucher des métiers techniques".

"Souveraineté économique"

"Si l'évolution des métiers ne s'accompagne pas d'un fort effort de formation, on n'atteindra pas la cible", a relevé Jean Castex, assurant que l'une des priorités du gouvernement est de "veiller à ce que la croissance économique soit la plus vigoureuse possible".

Objectif: "la souveraineté économique", notamment en mettant "le paquet pour inciter à la relocalisation". Aujourd'hui, "il faut éviter de perdre" des entreprises des secteurs "très impactés par la crise", comme l'industrie, et "très représentés" dans l'Essonne, selon Jean Castex.

"Sans l'aide de France Relance, il aurait été très difficile de réaliser les choses", a reconnu auprès de l'AFP Jean-Pierre Leboeuf, PDG de Micronique, entreprise spécialisée dans la fabrication et l'intégration de cartes électroniques, qui a bénéficié d'une aide de 1,51 million d'euros. Fondée en 1975, son ambition est de bâtir en 2023 une nouvelle usine "Industrie du futur". "Si tout va bien on va multiplier le personnel par quatre et le chiffre d'affaires par 8", a prédit Jean-Pierre Leboeuf, tablant sur 80 salariés et un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros à l'horizon 2026-2027.

J. Br. avec AFP