BFM Business

Trump s'en prend à Amazon en incitant la Poste américaine à relever ses tarifs

Jeff Bezos est-il dans le collimateur de Donald Trump?

Jeff Bezos est-il dans le collimateur de Donald Trump? - Nicholas Kamm-AFP

Dans un tweet, DonaldTrump juge trop bas les tarifs de la Poste américaine. Le président américain invite cette entreprise publique, aux déficits récurrents, à élever ses prix pour couvrir ses charges et moins enrichir... Amazon.

Jeff Bezos, le richissime fondateur d'Amazon, est-il dans le collimateur de Donald Trump? Dans un de ses nombreux tweets dont il a le secret, le président américain a invité la Poste américaine à relever ses tarifs. Il vise explicitement le géant de l'e-commerce, Amazon, qui utilise ses services pour livrer ses millions de clients outre-Atlantique et s'enrichirait, selon lui, grâce à à ces tarifs postaux avantageux.

"Pourquoi United States Post Office, qui perd plusieurs milliards de dollars par an alors qu'il facture Amazon et les autres si peu pour livrer leurs colis, enrichit-il Amazon et appauvrit-il le service postal qu'il rend? Devrait faire payer BEAUCOUP PLUS!" a écrit Donald Trump sur son compte Twitter.

Il est de notoriété publique que la situation financière de United States Postal Service n'est guère reluisante ainsi que le souligne le président Trump.

Ses trois derniers exercices annuels (2015, 2016, 2017) se sont soldés par des pertes importantes, respectivement de 5 milliards, 5,5 milliards et 2,7 milliards de dollars. Son chiffre d'affaires annuel s'est élevé en 2017 à 69,6 milliards de dollars (en baisse de 2,6% par rapport à 2016). Cette entreprise publique emploie plus de 644.000 personnes pour assurer le service postal sur le territoire des États-Unis.

Comme ses homologues d'autres pays, l'entreprise postale américaine souffre d'un recul inexorable du courrier traditionnel que ne vient pas compenser la hausse des livraisons liées à l'e-commerce. Augmenter ses tarifs comme lui suggère Donald Trump est-il la solution à ces maux financiers? Pas évident sur le marché concurrentiel du colis express qui, aux États-Unis, comprend des géants comme Fedex et United Parcel Service, sans compter Amazon qui, aux État-Unis se dote de en plus en plus de ses propres plateformes logistiques et dispose de sa propre flotte d'avions.

Quant à la pique adressée par le président américain à Amazon, certains y verront une pierre dans le jardin de Jeff Bezos. L'entrepreneur milliardaire n'est-il pas aussi (depuis 2013) le propriétaire de l'influent quotidien Washington Post, bête noire de l'administration Trump?

Frédéric Bergé