BFM Business

Siemens abaisse ses objectifs et prépare un plan de restructuration

Siemens se dit pénalisé par la conjoncture et notamment par celle de la zone euro.

Siemens se dit pénalisé par la conjoncture et notamment par celle de la zone euro. - -

Le géant industriel allemand a publié, ce jeudi 26 juillet, des résultats trimestriels moins bons qu’attendu et estime qu’il sera difficile d’atteindre ses objectifs annuels. Il annoncera à l’automne un plan de restructuration.

Siemens est rattrapé par la conjoncture. Le groupe annonce, ce jeudi, un bénéfice net de 823 millions d’euros au troisième trimestre, un résultat inférieur aux attentes des analystes qui misaient sur 1,3 milliard d'euros.

Le conglomérat allemand, a également baissé ses objectifs annuels. Il est devenu "beaucoup trop ambitieux d'atteindre la prévision d'un bénéfice d'exploitation de 5,2 à 5,4 milliards d'euros" pour tout l'exercice, a prévenu le patron du groupe Peter Löscher.

"Nous n'espérons pas de reprise au deuxième semestre de 2012; au contraire, nous voyons un net affaiblissement conjoncturel", a-t-il constaté.

Peter Löscher a d’ailleurs précisé que l'inquiétude principale du groupe concernait la zone euro, mais que les Etats-Unis ainsi que les pays émergents lui causaient aussi du souci.

Des difficultés dans les énergies renouvelables

Par ailleurs, l’industriel a confié qu’un plan était en préparation pour gagner en "productivité et en efficience". "Ce n'est pas un programme passant en priorité par le nombre d'emplois", a-t-il ajouté, sans toutefois exclure des suppressions de postes. Les détails de ce plan seront révélés en automne.

Le groupe, qui fabrique des trains, des éoliennes et des centrales électriques, a vu ses entrées de commandes entre mars et fin juin s'effondrer de 23% sur un an. Il souligne toutefois qu'en 2011, le carnet de commandes avait été gonflé par une importante commande de trains.

Plus inquiétant pour Siemens, qui se veut "champion des énergies vertes", ses entrées de commandes trimestrielles dans ses activités liées aux énergies renouvelables ont fondu de 66% sur un an. Les espoirs du groupe, notamment dans l’énergie solaire, ne se sont pas concrétisés.

Le groupe bute aussi sur le raccordement de parcs éoliens en mer, un domaine où il a signé de gros contrats mais rencontre des difficultés techniques.

Jean-Baptiste Huet et BFMBusiness.com