BFM Business

Plans de soutien à l'économie: à quoi serviront les 6000 milliards de dollars débloqués par Biden?

En 100 jours, le président américain a dévoilé trois plans différents visant, chacun, à doper la croissance du PIB. Que prévoient concrètement ces engagements financiers en faveur des ménages et des entreprises?

Un début de mandat mené tambour battant. 100 jours à peine après son arrivée au pouvoir, Joe Biden dévoile ce mercredi au Congrès son "Projet pour les familles américaines". Un nouveau plan de 1800 milliards de dollars qui fait suite à l’annonce de deux autres plans tout aussi ambitieux: l’un présenté en janvier pour relancer l’économie du pays fragilisée par la crise sanitaire du Covid-19, l’autre détaillé fin mars pour soutenir les infrastructures et "reconstruire l’Amérique".

Au total, ce sont près de 6000 milliards de dollars de dépenses publiques qui ont été annoncés depuis l’arrivée du candidat démocrate à la Maison Blanche. Soit l’équivalent de 28% du PIB américain.

> Plan de relance: 1900 milliards de dollars

Adopté en mars par le Congrès, le plan de relance américain de 1900 milliards de dollars vise à apporter une réponse forte à la crise sanitaire qui a durement frappé les Etats-Unis en 2020 et à stimuler la reprise économique.

Sur ces 1900 milliards de dollars essentiellement financés par de la dette, 400 milliards sont tout d’abord destinés à être distribués sous forme de chèques de 1400 dollars par personne aux Américains les plus modestes. Le plan prévoit également de prolonger jusqu’en septembre le versement d’allocations chômage additionnelles de 300 dollars par semaine, qui devait expirer en mars.

L'administration Biden cible aussi les familles les plus modestes en leur accordant des crédits d'impôts substantiels. Celui que touchent les parents est passé d'un maximum de 2000 dollars par enfant de moins de 17 à 3600 dollars pour les enfants de 5 ans et moins et à 3000 dollars pour ceux de 6 à 17 ans. Ces crédits d'impôt sont versés à tous les parents quel que soit le niveau de leur revenu.

Sur le plan sanitaire, 15 milliards de dollars du plan sont consacrés à l’accélération de la vaccination, 50 milliards aux tests et au traçage et 10 milliards à la production de vaccins. Dès son arrivée à la Maison Blanche, Joe Biden avait promis que 100 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 auront été administrées à l’issue de ses 100 premiers jours en tant que chef d’Etat. L’objectif a été largement tenu puisque le cap des 200 millions a été franchi il y a quelques jours.

Le plan de relance prévoit en outre une enveloppe de 126 milliards d’euros pour les écoles, de la maternelle au lycée, ainsi que 39 milliards pour les crèches et 40 pour les universités. Enfin, quelque 350 milliards de dollars sont destinés aux Etats, aux collectivités locales ainsi qu’aux tribus et territoires, tandis qu’une enveloppe de 25 milliards de dollars est affectée au secteur de la restauration, l’un des plus touchés par les mesures de restrictions pour contenir la pandémie.

> Plan d'infrastructures: 2250 milliards de dollars

Routes, ponts, barrages, voies ferrées… Alors que de nombreuses infrastructures américaines sont dans un piteux état, Joe Biden a dévoilé fin mars un nouveau plan de 2250 milliards de dollars sur huit ans pour remettre le pays à neuf. Ce programme d’investissement cible quatre grands postes de dépenses. A commencer par les transports qui bénéficieront de 620 milliards de dollars investis dans la rénovation des infrastructures (ponts, aéroports, voies ferrées, autoroutes, etc.) et le développement du véhicule électrique. 650 milliards seront également consacrés à la modernisation des conduites d’eau, à l’accès au haut débit ou encore au développement des énergies renouvelables.

L’industrie américaine va également bénéficier de 580 milliards de dollars qui seront injectés dans la recherche, la transition énergétique et la formation. Les 400 milliards de dollars restants seront destinés aux plus âgés et plus vulnérables et consisteront à rénover et/ou construire des logements, hôpitaux et écoles.

Contrairement au plan de relance, ce programme baptisé "Build Back Better" n’a pas encore été voté et promet des discussions houleuses au Congrès. Notamment parce que Joe Biden prévoit de le financer par une hausse d’impôts sur les sociétés de 21 à 28%, ce qui provoque la fureur des entreprises concernées et des élus républicains.

> Plan pour les familles: 1800 milliards de dollars

Ce mercredi, le président américain s’exprimera pour la première fois devant le Congrès pour dévoiler un nouveau plan de 1800 milliards de dollars centré sur l’éducation et l’aide aux familles (1000 milliards d’investissement et 800 milliards de réductions d’impôts pour la classe moyenne).

Le projet prévoit notamment de pérenniser la hausse du crédit d’impôt accordé pour la garde d’enfants, prévue dans le cadre du plan de relance. 200 milliards de dollars seront mis sur la table pour accueillir tous les enfants à la maternelle à partir de trois ans, de nombreux établissements publics ne les accueillant actuellement qu’à partir de cinq ans. 109 milliards de dollars permettront en outre d’offrir deux années de frais de scolarité à tous les étudiants dans les universités dites communautaires. Les aides aux étudiants à faibles revenus seront également augmentées et 9 milliards de dollars sont destinés aux enseignants.

Des aides financières auront par ailleurs pour objectif de soutenir les familles des classes populaires en leur faisant dépenser 7% au maximum de leurs revenus pour la garde des enfants de moins de 5 ans. L’administration Biden souhaite aussi aboutir dans dix ans à la garantie de congés maternité, parental ou maladie de douze semaines.

> Hausse des impôts des plus riches

Ce nouveau plan sera financé par une hausse de l’imposition des plus riches. Le taux maximal d’imposition devrait ainsi passé de 37 à 39,6%, détricotant au passage ce qui avait été adopté sous Donald Trump, lors de la réforme fiscale de 2017. Cette proposition concernera uniquement les 1% de foyers les plus riches, selon la Maison Blanche.

Les impôts sur les revenus du capital (ventes d’actions, biens immobiliers…) doivent aussi être augmentés pour les 0,3% des Américains les plus riches. Le taux d'imposition de ces revenus serait quasiment doublé, passant de 20% à 39,6%. Environ 500.000 foyers sont concernés par cette hausse d'impôts.

Le projet prévoit également de supprimer la possibilité, pour les plus riches, d'échapper à l'impôt en transmettant leur patrimoine à leurs héritiers, "ce qui exacerbe les inégalités", mais aussi de faire payer des impôts sur leur revenu aux associés de fonds spéculatifs, "comme tout autre travailleur", sans pouvoir utiliser de niche fiscale comme c'est le cas actuellement.

D'autres niches seront supprimées. Elles concernent les investisseurs immobiliers les plus aisés et les grosses entreprises qui déclarent des pertes commerciales. Enfin, le plan de Joe Biden veut donner à l'administration plus de moyens de contrôle, afin de s'assurer que "les riches paient ce qu'ils doivent". Cela doit permettre de faire rentrer dans les caisses de l'Etat 700 milliards de dollars sur dix ans.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis avec AFP Journaliste BFM Eco