BFM Business

Les SMS d'Adidas contre les abus des sous-traitants

Adidas a mis en place un dispositif de veille

Adidas a mis en place un dispositif de veille - -

Après l'effondrement d'un bâtiment abritant des ateliers textiles au Bangladesh, les marques occidentales sont pointées du doigt. Adidas tente de lutter contre les abus en mettant en place une veille par SMS.

Le groupe allemand Adidas fait savoir qu'il se soucie des conditions de travail des employés de ses sous-traitants. Avec l'effondrement d'un immeuble qui abritait des ateliers de confection au Bangladesh - catastrophe qui a fait au moins 700 morts - les grandes enseignes occidentales sont pointées du doigt.

C'est l'occasion pour Adidas de rappeler qu'il a mis en place un dispositif de veille original pour détecter les abus dans certaines de ces usines : un SMS pour dénoncer des conditions de travail insupportables, une sorte de hotline pour ouvriers abusés. C'est ce que propose Adidas à certains employés de ses sous-traitants asiatiques.

L'idée est la suivante: un salarié qui veut dénoncer une situation d'insécurité ou des cadences infernales peut de façon anonyme envoyer un SMS qui sera d'abord réceptionné par une ONG. Celle-ci la transmettra au groupe. Adidas peut ensuite décider d'en informer son sous-traitant pour qu'il corrige ses pratiques.

Projet en test depuis plusieurs mois

Le projet est en test depuis plusieurs mois en Indonésie. Les résultats sont encourageants, aux dires du groupe allemand, qui a décidé de l'étendre au Vietnam. 

Une nouvelle méthode RH présentée comme un moyen, aussi, de responsabiliser les sociétés locales avec lesquelles la marque travaille.

Pour l'instant le Bangladesh ne fait pas partie des sites-pilotes. Adidas est présent dans le pays. La marque avait été pointée du doigt par la presse britannique il y a quelques mois, suite à des témoignages de travailleurs maltraités. Le groupe assure pourtant qu'il effectue des contrôles réguliers.

Isabelle Gollentz