BFM Business

Le vaccin russe Spoutnik V "est soumis aux mêmes exigences que les autres vaccins" (Clément Beaune)

Clément Beaune, secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, était l'invité ce mercredi soir du Grand Journal de l'Eco sur BFM Business.

L'Europe refuse-t-elle le vaccin russe Spoutnik V pour des raisons géopolitiques ? "Il faut arrêter les fantasmes", a assuré ce mercredi soir Clément Beaune, secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, sur le plateau du Grand Journal de l'Eco sur BFM Business. "Spoutnik V est soumis aux mêmes exigences que les autres vaccins. Il n'y aucune raison qu'il soit maltraité, mais il n'y a aucune raison non plus qu'il ait des passe-droits", a assuré le ministre.

"Spoutnik V a déposé à l'automne son dossier à l'EMA: il n'est pas vrai de dire, je le démens, que c'est l'Europe qui a traîné, ce sont les autorités de l'entreprise russe qui ont traîné à déposer leur dossier, qui ont mis du temps à livrer les informations. L'Agence européenne du médicament a reçu son dossier, examine des preuves scientifiques comme elle l'a fait pour tous les vaccins, et elle le validera si c'est scientifiquement sûr, ça met en général deux ou trois mois, en juin".

Pas de production massive

Mais, a poursuivi le ministre il faut aussi "qu'il soit produit". Or, "aujourd'hui, il est peu produit. Il y a des coups de communication de la part des Russes, des coups géopolitiques qui sont souvent de l'ordre du symbole où ils livrent certains pays pour créer des divisions, pour créer un peu de tensions parfois, mais massivement il n'est pas produit aujourd'hui".

Jérémy Bruno Journaliste BFMTV